Forum de discusion sur les parties de JDR organisées sur Brest
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chronique de vampires libres

Aller en bas 
AuteurMessage
jarran29
Membre du CA
avatar

Nombre de messages : 1140
Age : 29
Localisation : Bellevue
Date d'inscription : 16/04/2007

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Chronique de vampires libres   Lun 11 Juil - 20:16

A faire valider avant mise en ligne sur le site (genre les noms des PNJ surtout...)

------

Chronique de vampires libres
Chapitre 01 : Un nouveau pack pour une nouvelle ère, par Araël Fritz.

01.45, 08 janvier 2011, bar El Mariachi, Mendoza, Argentine.
Je travaillais avec José, une de mes goules de l'université de Mendoza, pour proposer de nouveaux cas au Club de l'Étrange et de l'Abstrait, lorsque mon Sire entra rapidement, et me prit à l'écart.
"J'ai une grande nouvelle pour toi, dit-il en jetant de rapides coups d'œil autour de lui. Le cardinal de Mexico reconnait enfin la valeur de notre clan, et les possibilités que l'on peut offrir. Il forme un nouveau pack, et tu as été choisi pour représenter notre clan!"

***

20.55, 11 janvier 2011, place Grimaldi, Mexico
Un vent glacial souffle dans les rues polluées de Mexico. Quelques artistes de bas étage et quelques touristes paumés occupent les rues, mais je me dirige vers le point de rendez-vous d'un pas vif et alerte.

21.00, 11 janvier 2011, bar Quetzalcóatl, Mexico
Le barman m'accueille par un bienvenu "Monsieur", et m'indique une alcôve dans le fond. Lors que j'arrive, une jeune goule me salue à son tour par un "Monsieur". Mielerie ou respect? A surveiller...

Visiblement, je suis le dernier. Parfait : pas de temps perdu à attendre. Le premier vampire qui attire l'oeil est forcément la brute de 2m20... Tenue de motard en cuir, visage couturé, regard aussi intelligent qu'un pigeon malade... A sa droite, une jeune femme superbe, cheveux noir, en minishort. Puis une jeune paysanne sale, à l'air désœuvré et aux cheveux gras. Enfin, un sous fifre du pétrole texan, chemisette, et mocassins cirés, avec même le drapeau sudiste à la boutonnière...

La goule nous fait descendre dans le métro, et après un bel échange de banalité entre la gogo-danseuse et l'invertébré à propos du Cardinal Vykos, nous descendons à la Prison Nord, le pénitencier qui accueille les plus grands criminels du Mexique grâce à la collaboration de leurs "amis".

22.00, 11 janvier 2011, Prison Nord, Mexico
On est conduit au bureau du directeur de la prison. Celui-ci est bondé à notre arrivée. Mon Sire est présent, comme celui du motard et du texan. De là, on passe dans un autre espace-temps via le mur du fond. On arrive dans une immense caverne creusée à la main dans la roche...

Deux personnes nous attendent. Vykos habillé comme il y a deux siècles, dont le crâne est recouvert de protubérances osseuses, et Jorge "De la muerte" dont l'apparence est proche du cadavre fraîchement déterré...

Vykos commence tout un discours sur le Sabbat, les Anciens, la Camarilla... "Nous sommes en guerre, et il est temps de passer à l'offensive". Nous formerons un pack pour vaincre, car nous devons prendre de vitesse les Ainés. En clair, nous sommes les "Élus"...

Nous prêtons d'abord serment oralement, puis nous partageons le sang dans un gigantesque crâne. La prêtresse menant les rites n'est personne d'autre que la bimbo... Le temps vient de choisir le Ductus. Bien sûr le motard se propose, mais aussi la jeune paumée. Je préfère rester en arrière, le temps de voir qui se comporte comment. Finalement, c'est le texan qui est désigné comme le Ductus.

Avant de communier dans le sang, tout habillé, il lance "Prions pour que l'avenir fasse de nous le fer de lance du Sabbat". Nous communions tous avec lui.

Ressortant, Vykos nous annonce la couleur : le Sabbat marche sur les U.S.A. et compte écraser la Camarilla. Pour nous, le trajet sera d'abord Yuma, puis on remontera vers Las Vegas, laissant derrière nous des villes libérées. Notre objectif final est Seattle, mais si on a de l'avance, on peut chercher à atteindre Vancouver dont la loyauté du Prince est vacillante...

Nous devons être à Yuma demain soir.

05.00, 12 janvier 2011, chez moi, Mexico
C'est l'urgence : on a 24h pour couvrir plus de 2 000km. Notre prêtresse fait jouer ses contacts pour obtenir un avion, puis un hélicoptère pour atteindre l'aéroport nord. Je profite de ce moment pour rassemblé mon matériel, et alors que l'hélico se pose dans la cours de l'immeuble, on finit de régler les affaires de chacun.

06.00, 12 janvier 2011, Aéroport Intérieur, Mexico
Alors que la léthargie commence à nous prendre, nous embarquons dans la soute à bagage d'un vol à destination d'un patelin du nord. Le temps de faire un rituel et nous fermons les yeux...

10.00, 12 janvier 2011, quelque part au dessus du Mexique
Un énorme bruit métallique me réveille, et en une poignée de seconde je me jette sur le Texan qui essaie de défoncer à mains nues la carlingue tribord de l'avion. Avec l'aide des deux femmes, je lui enfonce dans le cœur un pieu d'ébène que je viens de faire apparaître. L'intégrité structurelle de l'avion n'est pas menacée, heureusement...

Alors que nous allions nous recouché, nous réalisons que le vol se terminera en plein jour! Avec une certaine fébrilité, car la descente commence, nous nous dissimulons dans les containers à bagage avant de replonger en léthargie.

***

20.00, 12 janvier 2011, Cuauhtémoc, Mexique
Nous nous sommes réveillés dans un camion! Inexplicablement, les containers ne sont pas restés dans l'aéroport, mais sont partis vers l'est. John, le motard arrive à prendre la place du chauffeur et nous arrête à la première sortie. Il est temps de réveiller le Ductus et de se nourrir... Ce dernier ne trouve rien de mieux que de boire sur un humain drogué au LSD... Nous finissons par mettre la main sur une berline mais tout bon conducteur qu'il se dit, le texan ne fait que des têtes à queue. John craque, et défie le Ductus avec l'appui de la jeune femme sale et le mien. Il prend la tête du groupe.

22.00, 12 janvier 2011, à 100km de Cuauhtémoc, Mexique
Joe, rancunier, a déployé une bulle de Quietus dans la voiture. Encore une fois, John s'énerve, et éjecte Joe de la voiture (avec la portière). Nous finissons par retourner le chercher, et officiellement, nous nommons John notre chef.

03.00, 13 janvier 2011, frontière Mexique / U.S.A.
Nous atteignons enfin le poste frontière mexicain. Un pot-de-vin de plusieurs milliers de dollars invoqués temporairement, et nous le passons sans soucis puis de faux passeports et une suggestion bien placée permet de franchir les douaniers américains. En route vers Yuma!

03.30, 13 janvier 2011, quelques parts dans le désert de l'Arizona
Nous roulons le long de la base militaire du 58ème régiment de Marines. Ce sera un bon outil...

04.00, 13 janvier 2011, Yuma, Arizona
John indique un motel au bord de la rue principale, on y réserve 4 chambres. Chacun se déploie pour faire son travail. Joe et Elénia font une reconnaissance en ville. Irina enchante sa chambre, et je fais un saut dans la rue commerçant voler cinq radios selon les ordres du Ductus. Je reviens à l'hôtel et pendant que John va me chercher un humain, je pose une rune de cryptage digne de l'Épitre de Babel sur les radios.

05.00, 13 janvier 2011, Yuma, Arizona
La léthargie nous prend, et nous nous endormons à l'abri du soleil.

_________________
Jarran29, alias Bastien, membre du Conseil d'Administration au poste d'Intendant.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidéral
Jeune Druide
Jeune Druide
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2011

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Mar 26 Juil - 2:49

Peste vârfuri

Peste vârfuri trece lună,
Codru-şi bate frunza lin,
Dintre ramuri de arin
Melancolic cornul sună.

Mai departe, mai departe,
Mai încet, tot mai încet,
Sufletu-mi nemângâiet
Îndulcind cu dor de moarte.

De ce taci, când fermecată
Inima-mi spre tine-ntorn?
Mai suna-vei, dulce corn,
Pentru mine vre odată?

Mihai Eminescu, 1850-1889.


Extrait du journal apocryphe d'Helena Antonescu, Vampire 8ème génération et rhapsode de l'omnipotence :

Le 13 Janvier 2011 :

Durant la journée, le Soleil est venu brûler mon corps alangui dans la léthargie, me réveillant pour fermer ces maudits rideaux, et me guérissant via le sang avant de replonger dans le sommeil si profond qui est le nôtre, nous, prédateur parmis les prédateurs.

Le silence.

Puis vient la nuit, et comme depuis maintenant soixante dix ans, je m'éveille, prête à survivre une nuit de plus, et à renverser ces immondes bâtards de la Camarilla, qui m'ont enlevé Samuel, prête à tuer encore et encore, jusqu'à abattre le dernier des anciens, le dernier de ces salopards. Comme la peste brune, ils sont là parmis nous, mais plus pour très longtemps ... Notre âge d'or viendra, et nous, les prolétaires du sang, les errants de la nuit, nous retournerons leur système contre eux !

J'ouvre les yeux, je sens John près de moi en faire autant, et je pousse un soupir d'étonnement devant ce que je vois sur le mur de la chambre. Une représentation picturale de ce qui semble être un homme, faite avec du sang, à l'odeur, probablement datant de la veille.

Qui peut bien avoir fait ça ? Probablement John, puisque nous ne sommes que deux dans cette chambre !

Je lui demande. Il me répond "c'est toi". Oh. Je me souviens maintenant.

Je saigne un homme dans une ruelle, après une approche bien légère, et quelques paroles échangées. Ce n'est pas un homme, mais un vampire, qui partage notre sort. Il s'enfuit, dans une ruelle, partant prévenir ses maîtres, les anciens, je ne peux pas laisser faire ça. Immédiatement, je prends conscience du danger. Je le rattrape, et le saigne directement, le finissant sans pouvoir lui poser la moindre question.

Nous ne faisons qu'un. Je me revois peindre son visage plein d'effroi, tandis que nos consciences s'entremêlent, fusionnent, se répondant l'une à l'autre.

Arael et Joe entrent à cet instant dans la chambre, faisant voler en éclats mes rêveries pleines de souvenirs. Ils critiquent immédiatement notre oeuvre. Même si il n'ont pas tout à fait tort, je l'avoue, je garde en mémoire ces paroles, gravées dans le marbre.

Irina arrive, et commente également mon oeuvre. Je ne l'apprécie guère, et je me doute qu'elle n'est elle même pas folle de ma personne, aussi ces paroles ne m'étonnent guère.

Tandis qu'ils débattent de la marche à suivre, je me souviens de ma tanière. Notre tanière. Le Wayne's Spirit, une bouteille voltigeant dans les airs, je me souviens de ces chauds humains se frottant à moi, leur chaleur nourrissant ma froideur cadavérique, leur sang raffiné dans mon palais, je goûte leur vie, les laissant s'évanouir de plaisir dans nos bras. Mes bras.

Irina propose de frapper fort : Rien moins que détruire la raffinerie ! Arael et Joe sont tout qualifiés pour cela, maîtrisant cette chose si frivole qu'est l'informatique, et tandis que j'entretiens John de mes souvenirs renaissants, un autre plan germe : aller voir si un vampire dont Nous pourrions nous souvenir hanterait également ces lieux, pour le forcer à parler, à tout révéler sur les secrets noirs de Yuma, et notamment l'élysée.

Nous prenons part à un rituel avant de partir. Nous buvons le sang des autres, mélangé au nôtre, et acceptons John comme nouveau Ductus, un rôle qu'il semble apprécier. Il restera ici, pour nettoyer mon oeuvre, et pour faire le lien entre nous tous. Je ne suis pas fâchée de pouvoir sortir enfin de cette chambre bien trop étouffante pour nous autres Gangrel, chasseurs de la nuit, tueurs parmi les tueurs.

Joe et Arael passeront à la raffinerie pour la faire sauter, mais avant, Joe me prendra des balles pour mon Glock dans une armurerie.

En partant, Irina s'entretient avec deux hommes dans un camion, et les renvoie vers le motel. Nous sommes également passés devant le gérant, qui s'étonnait de ne pas avoir revu José, son employé. Après lui avoir signalé que nous avions déjà dit à son collègue que nous ne souhaitions pas être dérangés, il se persuade que son employé le savait, et a disparu autre part. Brave petit mouton, cerné par les loups.

Nous partons pour la boîte de nuit portant le nom de Wayne's spirit.

Après avoir abusé le videur, je passe sans encombres, tandis qu'Irina semble avoir un peu plus de mal. Nous rentrons finalement sans autre problèmes que celui de trouver quelque chose. Et là, les flashs défilent devant mes yeux, en voyant le serveur au bar.

Scènes de sexe torrides. Sa peau contre la mienne. Je le mordille au cou, et il en rit de plaisir. Je le prends comme un soudard. Je lui fais l'amour. Son bas ventre contre ma bouche, il crie de plaisir. Et je lui donne de la vitae; prolongeant sa vie, lui donnant de la force et la capacité de simplement entrevoir ce que nous sommes.

Fin des réminiscences.

Je l'approche directement. "Tu as besoin de sang."

"Pardon ?"

"Tu as besoin de sang."

"Pardon ?"

Merde. Il ne savait même pas ce qu'il vivait, ce petit avorton, ce chantre de la mortalité.

Irina prend la suite des opérations en mains. Mais John-Henry devient tendu. Oui, John-Henry, je me souviens ... Il laisse échapper une bouteille. Les videurs nous approchent, nous demandant de ne pas continuer à l'importuner de la sorte. Nous laissons là la goule, et observons la salle, sous la puissance de nos yeux éveillés à l'Auspex. Rien. Nous sortons alors, et rentrons. Sur la route, la voiture s'enflamme, tandis que je conduis. Je me transforme immédiatement en nuage de brume, laissant là Irina. Elle semble s'entretenir avec l'inconnu, et se transforme soudain en loup ?!

Je fais de même et la suis, dans l'obscurité pénétrante de la nuit. Un bras semble pousser sur l'animal qu'est Irina avant qu'elle ne se mette à parler au téléphone avec John, lui disant de nous retrouver avec Arael et Joe dans le désert. Nous suivons ce qui semble être un convoi de l'armée, vers le désert et la raffinerie.

Nous courrons comme des dératés jusqu'à un point dans le désert où quatre phares de voitures percent les ténèbres. Nous reprenons forme humaine, Irina et moi; et nous nous entrettenons avec eux.

Il s'avère qu'Arael et Joe ont posé des charges explosives sur la raffinerie qui à leur grand étonnement n'a pas explosé. Tandis qu'ils s'enfuyaient, ils avaient l'impression d'être retenus par des liens invisibles, et plus ils tentaient d'aller vite, moins ils y réussissaient. Ils ont finalement réussi à quitter les lieux sans que l'explosion ne se produise. Puis, alors que nous débattons, Irina prend dans sa bouche de l'essence et semble s'entretenir avec un esprit. Je crois. Je n'ai jamais rien compris à ces trucs aussi complexes, m'intéressant à d'autresvoies occultes, bien plus sages, telles que la bête et la façon de la dominer pour devenir l'omnipotent tout.

Nous apprenons grâce à elle qu'un mage protègerait la raffinerie, et via son pouvoir nous empêcherait de la faire sauter. L'esprit nous aiderait si nous faisions sauter le derrick 123, nous révélant la position des vampires de cette ville en échange. Il nous livre déjà la position du mage, dans la salle 24 du bâtiment B du 56ème régiment de parachutistes de Yuma. Joe me remet également les balles précédemment achetées. Il m'est sympathique, et je ne regrette pas d'avoir demandé à retourner le chercher lorsque nous l'avions laissé, près de la frontière mexicaine. Je crois que je l'apprécierais presque.



Le 14 janvier 2011 :

Nous nous approchons du lieu où se trouve ce derrick en voiture, et tandis que Joe tente ... pitoyablement d'escalader la barrière protégeant les derricks, je range les cartouches dans les poches de mon manteau rapiécé. Finalement, alors qu'un garde tente de donner l'alerte, Arael le vide de son sang sans même avoir à le toucher ! Moi qui commence à avoir faim, voir tant de sang gâché me met mal à l'aise et assombrit passeblement mon humeur.
Finalement, Arael fait apparaître ex-nihilo une paire de pinces coupantes, et entreprend de couper le grillage. Les gardes arrivent en nombre, tandis qu'Arael fait de nouveau apparaître de nulle-part des paquets de C4. Nous plastiquons le derrick 123 et John en place sur d'autres, tandis que nous luttons contre les gardes, et refaisons "le plein" de sang; nous sommes restaurés et prêts à affronter l'ennemi.

Nous commenceons par nous enfuir avant de tout faire exploser, tandis qu'Irina reste en retrait de notre groupe. Finalement, après avoir tout fait exploser, nous revenons sur nos pas sous le couvert d'une magie d'invisibilité prêtée par Arael ou Joe, et via le Quietus de Joe, nous abattons les militaires qui sont arrivés sur les lieux du carnage en quelques secondes. Alors que nous nous apprêtons à rentrer, Irina propose d'aller tuer le mage chez lui, afin de pouvoir faire sauter tranquillement la raffinerie. Nous acceptons l'offre, et j'accepte qu'elle me transforme en soldat, via sa magie.

Une douleur insondable me traverse, tandis que je manque de lui arracher la tête tant ce qu'elle me fait subir est atroce. Finalement, elle se transforme également, en capitaine, et Joe prend l'apparence d'un soldat via ses propres capacités. Arael et John eux se rendent invisibles je ne sais comment.

Nous allons jusqu'à la base, et arrivons sans encombre jusque devant le bâtiment où se trouve notre cible. Nous descendons, et Irina tape la discussion avec le planton de garde devant le bâtiment. Elle semble l'aspirer, mais il a le temps de pousser un hurlement. Nous le cachons vite fait sous le baraquement, tandis qu'un nouveau garde arrive. Joe donne le change tandis que je me prépare à lui rompre la nuque. Nous l'ajoutons à la collection et rentrons dans le bâtiment, Irina moi et Joe, les deux autres semblant être introuvables.

Nous avançons dans le bâtiment, et je sors mes griffes affûtées, prêtes au combat. Nous trouvons finalement la porte 24, et entrons, aux aguets.

Des bruits d'homme qui vomit.

Je me rue au combat, et mes griffes se referment sur ... un traversin qui part en morceaux, tranché en de nombreux endroits. Il vole et dégage loin de moi, tandis que je reprends mes esprits et fonce sur le mage à nouveau. Joe réussit je ne sais comment à tomber dans la baignoire, alors que moi et Irina le blessons. J'achève Lawton sans qu'il n'arrive à nous porter la moindre attaque pernicieuse de sa magie, le tranchant en deux.

Irina prend sa forme, tandis que nous le cachons dans la baignoire. Joe se charge des caméras. Puis, alors que nous allions nous enfuir, des gardes accourent, j'en pousse un de toutes mes forces contre un mur, et le tue d'un seul coup. Il rejoint son commandant dans la baignoire. Irina reste pour donner le change, tandis que le reste de l'équipe s'enfuit en voiture.

J'attends au Motel pour Irina, impatiente. Quand elle revient, encore sous une autre forme physique, alors que l'aube pointe, je lui demande de me retransformer.

Nous allons dans sa chambre, et elle me montre une sorte d'énorme vase plein de sang, me disant que je pouvais me servir. Je n'ose accepter, de crainte d'une nouvelle fourberie. Nous prenons place pour la transformation.

Une douleur indicible me gagne, une implacable torture, et je succombe à la rage, sens mes bras et mes jambes lâcher, comme Joe dans l'avion, je me sens mourir. Je vois Irina se saisir d'un pieu, et tandis que mon corps ne réagit plus, mon cerveau lui est prêt à bondir. JE VEUX LA TUER, DECHIRER SON PETIT CORPS DE POUPEE, ARRACHER SA PETITE TETE D'AVORTON ET BOIRE SON SANG ! Et puis, la morsure d'un pieu dans mon coeur.

Les ténèbres. Le silence à nouveau. Et la rage, la bête déchaînée m'accompagne, dans mes songes de torpeur ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mammoth
Ecuyer du Roi
Ecuyer du Roi
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 30
Localisation : Brest
Date d'inscription : 19/05/2010

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Sam 27 Aoû - 16:55

La torpeur diurne prend fin. Coup d’œil rapide à ma montre : 19h00. La soif de sang s’abat sur moi. Je suis à Yuma car le Sabbat a besoin de moi. Je me lève et contemple quelques secondes quelque chose qui ne devrait pas être là : sur le mur de la chambre d'hôtel où j'ai dormis cette nuit, l'ankh du Sabbat, inversé, paraît m’observer avec son œil unique au centre de l'anse ; surplombant un message, le tout au mur, comme une peinture.

« Le rite a commencé »

Je prends le temps d'astiquer mon Desert Eagle, vérifier mes affaires, puis me dirige vers la chambre de notre chère prêtresse.
Encore un rite ? Je ne pensais pas qu'une meute en faisait autant, mais bon, c'est pour le bien du Sabbat et je suis fier d'être là. Je frappe, rentre et... tiens un nouveau ?
Un homme dans une soutane de pasteur. Grand, dans les deux mètres. Il m'a l'air un peu crade pour un pasteur, des veines noires marquent son visage de façon inquiétante, les yeux verts, bref, drôle de gaillard...
S'en suit un speech de présentation barbant et presque incohérent, mais les autres ont l'air de trouver ça normal :
Prêtre tzimice du nom de Ylia, prénom de sa sœur en tant que mortel, les conneries faites par lui en tant que prêtresse était voulues, afin de nous tester. Il voulait voir si il y avait des infernalistes parmi nous ! Je me sens offensé profondément, moi le fidèle serviteur du sabbat depuis plus de 50 ans !
Pourquoi pas un espion Camariste tant qu'on y est ! Le tout annoncé par un travello !
Le reste du pack ne réagissant pas plus que ça, je préfère ne pas faire de scandale, ils ont l'habitude de travailler en meute, pas moi.

Ylia se tourne vers John, notre Ductus, puis lui explique qu'il doit prendre ses responsabilités, ce que je comprends étant donné mes mésaventures passées en tant que Ductus.
Jusque là je n’ai pas l'impression que nous avançons beaucoup, et le prêtre (prêtresse?) à l'air de vouloir souder le pack afin d'avancer un peu plus, excellente idée.
Il s'adresse à John :

« Chasse l'humain qui représente la meute pour toi, et ramène moi son crâne. »

Le Ductus s'en va, l'air obstiné, j'ai foi en lui... Et en même temps je sens que ça va merder, je sais pas, peut être que les événements des jours précédents m'ont rendus méfiants ; en tout cas je préfère aller faire un tour plutôt que d'attendre que ça merde...
Je me rappelle avoir vu une arbalète en vitrine d'un magasin d'arme dans le coin, j'informe les autres que je sors, je prends mes affaires et m'y rends sur le champ.

Le gars de la boutique se souvient de moi, vu que je lui ai commandé quelques dizaines de kilos d'explosifs, et je tente de me faire offrir des armes en plus de ma commande.
Ce con refuse, je l’attrape, l’emmène dans l’arrière-boutique et lui explose la tête sur le sol.
J'éteins les lumières, tourne le panneau sur CLOSED, prend l'apparence d'un flic, et sort par derrière ; un sac de sport plein d'armes et munitions diverses.
S'en suit quelques pas dans la ruelle menant sur la rue, deux flics me pointant de leurs flingues et un demi-tour sécuritaire.
Je réussis à faire le tour par l'immeuble, et à revenir à l'hôtel.

A peine arrivé, nous recevons un appel d'urgence de John :
« J'ai trouvé l'Elyseum, ramenez-vous ! »

Il part chercher un humain et il trouve l'Elyseum, il est peut être pas si mauvais que ça, le Ductus !
Je tente de prendre l'apparence d'un flic, mais les autres n'ont l'air de voir que la casquette, bizarre.
Je les informes de mon cambriolage plus ou moins foiré et Helena m'informe que je suis recherché partout ! Putain de merde ! Je manque d’entraînement !

Nous nous mettons en route pour rejoindre le Ductus... Je suis dans le coffre, d'après les autres, pour des raisons de discrétion, mon « costume » de policier ne suffisant pas.
J'entends les autres descendre, discutez, mais je suis obligé de frapper sur le coffre afin qu'il me sorte, quel travail d'équipe ! Je me retiens de leur dire, repensant à mon cambriolage.

John nous explique sa chasse, le garde du corps qu'il tue (une vampire), et le fugitif réfugié dans la mairie, qui semble être l'Elyseum. Nous jetons un coup d’œil alentour, et trouvons une boutique, un traiteur chinois, en face de la mairie.
Ylia le convainc d'aller livrer quelques Nems au maire, et pour réponse le chinois dit :
« Oh tiens, voilà le maire, à la fenêtre, coucou monsieur le mai... ! »

La main levée en signe de bonjour, les yeux dirigés vers le 2éme étage de la mairie, un air surpris qui me fait me retourner de suite : à moins qu'un bazooka ne tienne la mairie de cet arrondissement, nous ne devrions pas rester là !

Panique générale ! Je chope le chinois le balance à terre, me dirige vers la mairie, le ductus fait de même, Helena et Ylia aussi, le tout couvert par le bruit d'une munition de gros calibre fendant l'air au dessus de nos têtes!
Merde ! Araẽl ! Je me retourne juste à temps pour voir exploser la boutique et Araël avec, pendant que le Ductus saute au deuxième étage pour neutraliser le tireur, fortiche le John sur ce coup !

Le trav..., le prêtre se dirige vers la boutique en flamme, mais ne semble pas perdre le contrôle, s'exprimant à la boutique du chinois... Les flammes changent de forme, le prêtre aussi, impressionnant cette transformation ! Plus grand encore, monstrueux, flippant ! La suite me semble un peu flou, si ce n'est Helena et Araël enveloppaient par les flammes, et de nombreuses vagues de souvenirs.

Ma bête frissonne à la vision du feu, et je reviens des décennies en arrière, à la Nouvelle-Orléans. Je me vois moi, Hank Baxter, jeune humain remplies de convictions. Je revoie la torche à la main, il fait nuit, humide et je suis accompagné des cris de haines sortant de ces hautes cagoules blanches. Nous sommes une hordes de fantômes criant vengeance, et j'exulte en allumant cette croix portant ce jeune nègre...

Retour à Yuma, des hélicos se rapprochent, nos compagnons ont l'air d'aller mieux, étrangement, merci la prêtresse ?
Je prends l'apparence du Chinois, dans le coffre, toujours pour des questions de discrétions je suppose : nous allons à l'hôtel pendant que le John et Ylia vont allumer des incendies, si j'ai bien compris !

On me sort du coffre un peu plus tard, appel d'urgence du Ductus, encore une fois ; mais cette fois ci ça a l'air grave ! Ils sont bloqués à la caserne de pompier, nous y allons au plus vite. Nous décidons de rentrer par les égouts, utilisant plusieurs disciplines de discrétions. Nous sortons par une bouche d'égout, sous un char, Araël s'allonge dessous, semble ne plus bouger et me demande de couper Quietus.

Le vent se lève, et les hélicos s'en vont... Je ne comprends pas tout ! Si ça ne tenait qu'à moi, je serais déjà à l'intérieur. Apparemment, il y a une grande présence militaire, plusieurs explosions, ça me rappelle certaines opérations musclés d'il y a longtemps. Après quelques temps d'attentes, nouvel appel du Ductus :

« Yuma, c'est réglé, on passe à la ville suivante... »

Plus tard, à l'hôtel, étant donné le bordel vue sur le retour (explosions multiples en ville, panique générale, etc...) je pense que, oui, il est temps de bouger !
Nous arrivons à l'hôtel, je crève le tenancier, me nourrit, idem pour Araël.
"Au calme", à l'hôtel, Ylia nous explique le plus simplement du monde :

« Nous avons effectué une « danse macabre », dansé sur les flammes, honoré un Autoritas Ritae. »

Je comprends au ton employé, et au vu de mon expérience au sein du Sabbat, que nous avons effectué quelque chose de grand.
Le rite peut reprendre là ou nous l'avions arrêté, le Ductus ayant ramené une tête fraîchement cueillie au bout d'une heure.
Le prêtre prépare le crâne, se met torse nu, nous dévoilant plusieurs tatouages vivants, des scènes de tortures dans son dos, le tout formant une croix.

Le prêtre s'exprime :

« Notre père venant du Nod,
Que ton nom soit damné,
Que ta volonté soit notre loi,
Donne nous en ces nuits,
Le sang de nos ennemis,
Et délivre nous de tes aînés »

Amen, tous en cœur, comme un pack soudé, une équipe sabbatique forte prête à tout, voilà mon ressentit à ce moment précis : Amen.

Nous buvons, puis discutons d'un nom pour notre pack, et des trois vampires de la ville, tous diablés. Les conduites ont sûrement été ouvertes pour nous tués sur le retour à l'hôtel, le siège de la compagnie de gaz demandant à ses ouvriers d'ouvrir et allumer le gaz !

Par la suite je nettoie mes armes, pendant qu'Araël semble être vidé de son sang, de la magie apparemment ; je ne connais rien là dedans, je ne peux malheureusement l'aider... Il dessine ensuite un schéma précis de la circulation sanguine humaine, enfin ça me semble précis, je n'y connais pas grand chose non plus ! Les autres semblent vouloir l'aider .

La nuit suivante, nous louons un Hummer, puis direction Las-Vegas. Sur la route le prêtre nous fait part des problèmes qui secoue Mexico en ce moment. Mon clan subit « l'appel de l'Est », mon Sir adoré est en torpeur pieuté ! En apprenant cela, je ressens un malaise, je devrais être avec lui ! Et en même temps il m'a confié une mission, j'ai l'impression de me déchirer en deux...

Nous faisons un arrêt, le prêtre discute avec un volant, le ramène et nous dit, devinant notre surprise :

« C'est un allié, cet objet appartient à un défunt, il nous aidera à trouver les Giovannis. »

Je ne fais pas attention à sa remarque, et réfléchis au reste de la mission, et à Joe. Plus tard, nous trouvons un Hôtel tranquille, mais à peine installé dans notre suite, on nous apporte une lettre :

« Vous êtes invités en mon palace.
Signé : Benedique »

Là, ça pue sévère !

_________________
"Je pense souvent à la mort, surtout quand je mange des sardines en boîtes ..."

Salvador Dali

http://www.myspace.com/minimalistduck = Expérimentation. Not Music.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDC
Enchanteur de la foret sacré
Enchanteur de la foret sacré
avatar

Nombre de messages : 105
Age : 26
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2010

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Sam 10 Sep - 0:19

16 Janvier 2011, milieu de la nuit :

Putain de merde, comment diable ce connard de Bénédique a pu nous repérer aussi vite ? Et pourquoi il nous envoie une invitation plutôt qu’une bande de tueurs ? Il doit vouloir négocier ce con, où nous tendre un piège…

J’en discute avec la meute, on est tous d’accord pour dire qu’il est trop tôt pour reculer, ce prince de mes deux veut nous voir venir chez lui ? A ses risques et périls. Araël se débarrasse de sa « marque » tandis qu’on s’offre un petit gueuleton avec le room-service, et c’est parti, en route pour le palace du Prince. Sur la route, Araël enchante mon couteau tandis qu’Ylia parle à son bout de volant, j’ai beau savoir qu’il parle à un fantôme, il a vraiment l’air con.

On arrive devant le palace, un vrai manoir de ventrue : grille ouvragée, immense jardin, 3 étages, et des gardes en mouvement sur le toit dont on dirait qu’ils s’efforcent de se faire repérer. On est accueilli par un mec type videur de boite de nuit du nom de Carlo de Montoya et pas très bavard , le prêtre le provoque en le traitant comme un laquais, si ça l’amuse...

Le mec nous fait traverser le jardin, j’aperçois un bout de sniper dépassant du toit, et nous fait rentrer dans la demeure du Prince puis il nous guide à travers un dédale invraisemblable de couloirs, ça sent le tour trémère à plein nez. On arrive enfin devant une porte en bois à double battant devant laquelle se trouve un blondinet qui se présente comme étant « Gabriel Montrose », il aurait voulu donner un nom de tarlouze qu’il aurait pas trouver mieux.

La tafiole nous ouvre les portes, derrière se trouve une vingtaine de personnes assises à une table ovale, le mec au bout opposé au notre se lève et nous invite à nous assoir, je m’assois donc en face de lui pendant que mes compagnons prennent place autour de moi, je remarque qu’il y a six chaises vides, un autre invité attendu ? Le mec, qui s’avère être Bénédique, se met à discuter avec Ylia, du bla bla de convenance, pas fâché qu’Ylia s’en charge, il nous explique que des chasseurs de vampires opèrent en ville et qu’on serait leur prochaine cible.

S’ensuivent les présentations, ce connard en connaît trop sur moi, je n’aime pas ça. La blonde à ses cotés est une putain de Justicar : Mme Gilles, accompagnée par son toutou l’Archonte Jarbo, un autre Archonte, un grand Black Brujah du nom de Julius fait une tronche bizarre lorsqu’il apprend que je suis un du même clan. Apparemment la Justicar n’est pas fan de notre présence.

Bénédique nous propose alors une alliance contre les chasseurs, et nous donne les plans d’attaque de ceux-ci en guise de bonne foi. Ces connards ont vraiment foiré leur repérage, ils ont dédoublé le/la Ylia, et ils me traitent moi, le Ductus de cette putain de meute, de simple « brute de base ». Toujours est-il qu’on demande à discuter seuls dans le jardin avant de donner notre réponse. Pour plus de précaution on discute à l’aide de textos histoire d’éviter les oreilles indiscrète.

On décide de faire semblant d’accepter leur proposition, mais de leur laisser un petit cadeau avant de s’en aller, pour le moins « explosif ». On retourne donc dans cette putain de salle, non sans constater que le dédale de couloirs a changé, putain de trémères. Ylia et moi faisons durer un peu les négociations histoire d’être plus crédible, mais ça se met à prendre un tour fumeux quand la Justicar s’en mêle et se met à parler philosophie. Je suis obliger de lui avouer que je suis dans l’ignorance des objectifs du Sabbath, « L’ignorance est le prix a payé pour la Liberté » qu’elle me sort cette salope, je me retiens, je ne peux pas vraiment dire devant les autres que je compte buter les anciens du Sabbath une fois qu’on en aura fini avec ceux de la camarilla et des anarchs, on est encore loin d’être libre.

On fini par repartir, Montrose nous mène à l’entrée, une fois celle-ci en vue, Ylia le baratine tandis qu’Araël chuchote « Creo Ignatus »… et fait apparaître 80 kg de C4 au beau milieu du couloir. Soudain le grand Black surgit par la porte et décapite Araël tout en esquivant les attaques de Joe, Eléna et Ylia se font mettre à terre par deux gargouilles tombées du toit. J’essaye de frapper Montrose, mais ce connard disparaît et une alarme se met à sonner. Je me retrouve à seul face aux deux gargouilles et à l’Archonte quand je m’aperçois que Joe vient de planter l’épée enflammée d’Araël dans ce putain de C4.

J’y réfléchis pas à deux fois, j’empoigne Ylia et Elena et cours vers la sortie suivie du Black et des gargouilles, l’une d’entre elle s’étant emparée de Joe. Dans le manoir c’est le chaos, des vampires sautent du toit et des fenêtres pour échapper à l’explosion, qui met d’ailleurs un sacré temps à venir. J’arrive près du Hummer, jette Ylia et Elena à l’arrière, le Black ordonne à une des gargouilles d’y jeter Joe puis me regarde et me dit de me barrer, je m’en souviendrais.

Je roule à toute vitesse vers la sortie de la ville, au bout de cinq minutes le manoir explose enfin, emportant un bout de la colline avec lui. Je me retrouve sur la Highway, quand j’entends des sirènes de flic derrière-moi, je m’arrête, pas besoin de plus de problème que j’en ai déjà. Un policier se montre à ma fenêtre et me dit que James Théomid, un des trémères présents au manoir, m’invite en sa demeure, je remarque son coup d’œil dérangé vers les corps sanguinolents de mes camarades, « Oublie ! », lui ordonné-je. Je repars, merde ! J’ai oublié de lui redonner l’adresse, je retourne les voitures des flics, heureusement l’un d’entre l’avait marqué sur un papier, je lui fait quand même oublié par précaution.

J’arrive à la maison de Théomid, son jardin est fermé par un portail de fer, j’appuie sur l’interphone… qui aspire un peu de mon sang, putain ! Je gueule « Je viens voir James Théomid », le portail s’ouvre, putain de piège à con... J’entre, mes camarades sur les épaules, Théomid me mène à un petit salon ou je les dépose avant de commencer à discuter.

Apparemment ce Théomid à un marché à me proposer : il prend un peu de notre sang et on lui retrouve un vieux grimoire, « le codex des damnés », en échange il nous donne un rituel pour pouvoir partager la diablerie et le nom du traître qui nous à livré à la Camarilla ainsi que la possibilité de copier ce foutu grimoire… Sans compter que ce con à déjà pris de mon sang à l’entrée, Caïn sait ce qu’il pourrait en faire.

J’accepte, je suis bien obligé, et il me révèle que le traître serait l’évêque de Tijuana, Angelo di Carlo, un lasombra. Il donne ensuite du sang à Ylia histoire qu’il/elle se réveille, et il lui explique le rituel, apparemment la sorcellerie d’Ylia et celle des tremères sont différentes mais il/elle devrait quand même pouvoir bricoler le rituel pour le faire marcher. Théomid nous explique alors que le Codex des damnés est un grimoire censément écrit par le plus anciens des thaumaturges, des humains cherchent ce grimoire, notamment un humain du nom de Samuel Clearwater, il n’a aucun indice sur son emplacement, est-ce que ce foutu grimoire existe vraiment ? La question se pose.

Il nous donne son téléphone et nous indique une planque dans un quartier contrôlés par les Sétites au Nord-est de la ville ou les autres pourront se remettre de leurs blessures.
Ils ont intérêt à s’en remettre au plus vite, on a du pain sur la planche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moisedieucaryoteescholectera.over-blog.com/
Shinkage
Amuseur
Amuseur
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 11/08/2011

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Mer 2 Nov - 7:03

Chapitre 5 : Caine’s Fist

Extraits du journal d’Ilya Lukans :

Je me réveille, confus. Je n’ai que de vagues souvenirs d'hier. L'explosion du manoir, la fuite du Prince et ses séides, dont la Justicar Toréador, cette si charmante madame Guil ... Et aussi, la mort d'Arael, et le repli chez Théomid. Mon sang circule lentement dans mon corps meurtrie mais accélère brusquement lorsque l’image de ma valise émerge de mon subconscient. Et c’est après plusieurs nuits de repos que j’obtiens confirmation d’une de mes pires craintes. Ma valise contenant ma terre natale, est aux mains de Gabriel Montrose. Je n’en attendais pas moi de ce Nosferatu, il ne faisait pas honte au statut de Sheriff de Las Vegas. Avec des individus aussi compétents dans le camp adversaire, la bataille devenait s’annoncé pour le moins intéressante.
Notre Ductus avait la même idée que moi, quitter Las Vegas au plus vite. Mais que faire dans l’instant ? J’étais encore convalescent à l’instar de Joe et Hélèna, seul John semblait « intact ». Lui c’était surtout son âme qui avait souffert. La perte d’Arael était un échec indéniable. Je soupçonne notre Ductus de prendre cet échec pour son seul et unique compte. Et que dire de la réaction de Julius ? Cet Archon avait fait preuve de clémence. Mais pour un Zélote tel que John cette clémence devait avoir un arrière gout de pitié.
John appela James Théomide, à mon insistance. Ce Tremere est un personnage intriguant. Semblant indépendant de l’idéologie de la Camarilla, du Sabbat voire même de son clan, on ne m’ôtera pas de l’idée qu’il est avant tout opportuniste et ne sert que se ses propres desseins. Mais pour l’instant il me semble être un bon allié.
Nous sommes à l'abri pour le moment, dans un motel recommandé par notre « Nouvel Allié », qui s'avère relativement à l'abri des attaques des chasseurs de vampires et autres membres de notre race mais qui ne partagent pas nos convictions quand à la Mascarade ...
Théomid connait un moyen de retrouver mon bien, en échange de quoi je dois promettre de prendre sous mon aile son infant non-déclaré et non-admis dans la Camarilla. Je n’ai pas d’autres choix et cette offre ne me semble pas si « empoisonnée » après tout. Grace à la Vaulderie et la puissante idéologie du Sabbat, la nouvelle recrue ne devrait pas pouvoir se retourner contre nous. Méditant sur son sujet, le voilà qui arrive déjà, dans son costume tiré à quatre épingles. Il se présente au pack qui lèche ses blessures. Le Ductus, John, qui semble bouillir de rage contre tous ceux qui nous ont repoussés lors de cette attaque presque suicide, Joe qui fait en sorte de voir passer les jours afin de récupérer tranquillement, et Helena qui passe son temps à regarder les informations, semblant cacher dans son mutisme les raisins de sa colère.

Fraîchement présenté et nouveau membre du groupe, je charge Hector, puisque c'est le nom de l'infant de Théomid, de nous trouver un van ou équivalent discret afin de pouvoir quitter la ville sans dommages.

Il sort et quelques minutes après, revient avec de bonnes nouvelles : dans quelques minutes, le van demandé sera là, grâce à l'aide d'une de ses goules. Je rassemble les membres du pack, et pars rapidement en chasse de trois humains. Je les rassemble près des nôtres, et demande aux membres du pack leurs vestes. Grâce à la vicissitude, je transforme les enfants d'Abel que j'ai ainsi récolté, de manière à les faire ressembler à nous même. Puis, je les habille avec les vestes, et les Dominent, leur ordonnant de faire le maximum de dégâts dans la ville pendant le couvre feu, et leur indique qu'ils doivent dire à tous ceux qu'ils croiseraient qu'ils enculent Bénédic ...

Pendant ce temps, je prends l'apparence d'un soldat gradé, et je réussis à fuir vers un point de rendez-vous à la sortie de la ville, convenu avec le Ductus et les autres membres du pack.

Dans la voiture, nous avons trouvé un mot disant que nous devions aller rendre visite à un dénommé "Keshek", vivant dans un bowling loin de toute civilisation. Un peu étonnés, nous y allons.

Suspicieux, nous rentrons et entendons immédiatement des bruits qui semblent lointains. Nous nous enfonçons à l'intérieur de ce complexe labyrinthique et sombre. J'entends Helena pousser un petit soupir, et je devine que seuls ses yeux deviennent capables de percer les ténèbres alentours ... Au détour d'un couloir, le bruit devient plus fort, et nous tombons sur un gardien qui semble regarder la télévision; il ne s'attend manifestement pas à notre présence puisqu'il tombe presque de sa chaise en nous voyant arriver. Nous l'avisons du fait que nous sommes venus pour voir son maître, et il s'excuse platement et nous mène jusque là bas, encore un peu surpris mais guère méfiant. Nous continuons dans le labyrinthe jusqu'à une double porte. Sur la route, nous entendons des sifflements de serpents, comme si ils nous suivaient dans les gaines de ventilation ... Nous passons la porte, et nous retrouvons dans un bureau stylisé, dans le plus pur style orientalo-égyptien. Derrière son bureau, Keshek, un sourire aux lèvres. Et sur le bureau ... ma terre natale, dans la valise ouverte !

Je lui demande ce qu'il veut en échange. Il me répond : "Rien ...".

Je prends ma terre, soupçonneux. J'ajoute "Et c'est tout ?"

"Vous en avez déjà assez fait ..." me répond il, avec un rictus ironique.

Nous partons vite, et une fois arrivés dans la voiture, nous décidons de la direction à suivre : après quelques discussions, nous décidons d'arrêter là la croisade, ne pouvant pas au vu de notre nombre abattre la nomenklatura de Las Vegas, et nous ne pourrons que difficilement pousser jusqu'à Seattle. Nous devons aussi aller pleurer la mort d'Araël. Nous décidons donc d'aller dans la Vallée de la Mort, qui n'est pas très loin, afin de faire une retraite là bas pour pouvoir mener à bien le rituel d'Allégeance pour ceux qui ne l'ont pas passé, c'est à dire Helena, John, Ductus mais membre du Sabbat depuis peu de temps, ainsi que le nouveau venu Hector, qui n'a pas encore une nuit de présence chez nous ...

Avant d'arriver là bas, nous avisons une station service, et pendant que les autres vont se préparer à ce rituel, je vais dans la station elle même, dominant l'esprit du gérant afin de le faire m'obéir, et je prends chaque personne qui rentre dans celle ci afin de préparer un rituel d'Hector. Au bout d'un grand nombre, je finis par rejoindre les autres. Hector utilise la vitae contenue dans le sang des humains pour la transférer à des colliers de perles, afin de nous donner la capacité à avoir du sang sans devoir chasser. Nous passons là la nuit, dans un bungalow. Le lendemain, nous partons vers la vallée de la mort, et y arrivons après quelques heures. J'ordonne à Helena, Hector et John de creuser un grand trou, pour chacun d'entre eux. Pendant ce temps, je charge Joe de trouver du bois sec afin de préparer un brasier. De mon coté, je crée un tisonnier en métal, dont la pointe est en fait l'ankh du Sabbat, afin de bénir les nouveaux arrivants dans le Sabbat. Une fois que les jeunes pousses ont fini de creuser, je demande à Helena d'appeler des serpents, ce qu'elle fait assez vite. Elle revient avec trois crotales au bras, et tandis qu'elle me les donne, je prends une forme proche de celle de mon Zulo qui effrayait tant les paysans de notre pays commun ... Ainsi renforcé et puissant, je tends le bras, et la frêle vampire me donne les serpents. De ma voix la plus vipérine, alors que je me place devant les trois futurs membres pleinement acceptés du Sabbat et brandit le crotale tel une croix, je leur prononce ce sermon telle une sentence :

« Et maintenant, j'arracherai la mauvaise graine,
J'éliminerai le pire de vous,
Je taillerai mon sombre arbre,
De la manière
Dont mon Père, Adam, me l'a appris. »


Et alors je leur pose la question :
"Avez vous déjà passé le rite d'acceptation ? Ne mentez pas devant le serpent !".
Tous me répondent que non; je leur ordonne alors de se laisser tomber dans le trou qu'ils ont chacun creusé, et une fois fait je les recouvre de terre, jusqu'à ce que le trou soit entièrement rebouché.

Je somme alors Joe d'allumer le brasier, et de sauter par dessus, pour mesurer sa capacité de résistance ... Il le fait une fois, et se blesse, comme prévu, mais son geste ne sera pas oublié. Il tente en rampant d'y retourner, mais je le bloque d'une main, en l'informant que c'était assez pour cette fois ... mais que si un jour, il accomplissait cinq fois le saut par dessus le feu, je lui délivrerais un secret... Bien entendu, ce secret est lié à la main noire et à son sire, Joe "Boot" Hill ! Je laisse aussi chauffer le tisonnier sur les flammes, afin de marquer les futurs membres du Sabbat pleinement acceptés ...

Nous attendons une demi-heure, et c'est alors qu'émerge en premier le ductus. Je m'avance vers lui, et le somme de se mettre à genoux. Je lui enfonce le tisonnier presque en fusion dans le crâne, en lui imprimant donc l'ankh Sabbat sur le front, puis, je m'éloigne un peu de lui, en lui disant : "relève-toi enfant de Caïn !". Il attend ensuite près du trou d'où il est sorti que les autres aient fini de réfléchir ...

Hector émerge ensuite de la terre, quelques minutes après, semblant avoir eu plus de difficultés à sortir ... Le même manège se passe, depuis sa génuflexion jusqu'à la phrase que je lui lâche avant de me retirer ...

Entre une heure et deux après, Helena sort finalement, semblant avoir eu besoin de plus de temps pour réfléchir. Elle semble psalmodier à la gloire de Caïn, et lorsque je lui ordonne de se mettre à genoux, elle continue sa prière à voix presque tue, et me fixe dans les yeux. Elle semble transfigurée, et être à nouveau née ... Tandis que j'applique la brûlure du tisonnier, elle continue à prier Caïn, et alors qu'elle aurait pu résister à la flamboyante application de l'ankh via ses pouvoirs de clan, elle ne le fait pas et accepte pleinement la morsure ardente. Je change de ton comparé aux deux autres membres du pack, et lui dit : "Relève-toi, future paladin !". Elle se relève, les yeux brillants, changée depuis la dernière fois que je l'ai vue ... Brave petite; il me faudra en prendre soin, et séparer le bon grain de l'ivraie. Je pense être capable de faire de sa foi une arme redoutable ...

J'enchaîne ensuite sur un sermon de Caïn, rappelant la malédiction de notre père à tous :

« Et des Ténèbres
Vint une lueur éclatante
Embrasant la nuit.

L'Archange Michael se révéla à moi.
Je n'avais pas peur. Je l'ai interrogé sur son rôle.

Michael, Général du Paradis,
Brandissant la sainte Flamme,
S'adressa à moi,

" Fils d'Adam, Fils d'Eve, ton crime est grand,
Et cependant la miséricorde de mon Père
Est également grande.
Ne te repentiras-tu pas du mal que tu as fait,
Et laisseras-tu sa miséricorde te purifier? "

Et j'ai dit à Michael,

" Non pas par sa grâce,
mais par la mienne je vivrai, fièrement. "

Michael me maudit, en disant

" Alors, tant que tu marcheras sur cette terre,
Toi et tes enfants craindrez ma flamme vive,
Et elle mordra profondément et savourera ta chair. "

Et au matin suivant, Raphaël vint
Sur des ailes chatoyantes,
Lumières sur l'horizon,
Guide du soleil
Garde de l'Est.

Raphaël parla, et dit

" Caïn, fils d'Adam,
Fils d'Eve,
Ton frère Abel
Te pardonnes pour ton péché
Ne te repentiras-tu pas, et accepteras-tu
La miséricorde du Tout-Puissant? "

Et j'ai dit à Raphaël

" Non pas par le pardon d'Abel,
Mais par le mien, je serai pardonné. "

Raphaël me maudit, an disant

" Alors, tant que tu marcheras sur cette terre,
Toi et tes enfants craindrez l'aube,
Et les rayons du soleil vous chercheront
Pour vous brûler comme le feu
Où que vous vous cachiez toujours.
Caches-toi maintenant car le Soleil se lève
Pour abattre sa colère sur toi. "

Mais j'ai trouvé un endroit secret sous terre
Et me suit caché de la brûlante lumière
du Soleil. Profondément sous terre, j'ai dormi
Jusqu'à ce que la Lumière du Monde
Soit cachée derrière les montagnes de la nuit.
Lorsque je me suis réveillé
De ma journée de sommeil,
J'ai entendu le son doux d'un battement d'ailes
Et j'ai vu les ailes noires d'Uriel
Enveloppées autour de moi -

Uriel, le faucheur, ange de la Mort,
Le sombre Uriel qui demeure dans les ténèbres.
Uriel me parla calmement et dit

" Fils d'Adam, fils d'Eve,
Dieu Tout-Puissant t'as pardonné pour ton péché.
Accepteras-tu sa miséricorde
Et me laisseras-tu t'amener à ta récompense,
Ne plus être maudit? "

Et j'ai dit à Uriel aux ailes sombres

" Non pas par la miséricorde de Dieu,
Mais par la mienne, je vivrai.
Je suis ce que je suis, je fais ce que je fais,
Et cela ne changera jamais. "


Et alors, à travers le terrifiant Uriel
Dieu Tout-Puissant me maudit, en disant

"Alors, tant que tu marcheras sur cette terre,
Toi et tes enfants resterez dans les Ténèbres,
Vous ne boirez que du sang
Vous ne mangerez que des cendres
Vous serez toujours comme lors de votre mort;
Ne mourant jamais, continuant à vivre.
Vous marcherez pour toujours dans les Ténèbres,
Tout ce que vous toucherez se réduira à néant,
Jusqu'aux derniers jours. "

J'ai poussé un cri de douleur
Contre cette terrible malédiction
Et déchiré ma chair.
J'ai pleuré du sang.
J'ai recueilli les larmes dans une coupe
Et les ai bues.


Ensuite vient le moment pour eux de sauter au dessus des flammes ... Le ductus s'élance le premier, et saute. Une fois le contact du sol retrouvé, il fait demi-tour et reprend son élan afin de sauter au dessus du brasier ! Puis, il vient se poser près de moi, et vient le tour d'Helena. Au cri de "Caïn !", elle s'élance et saute, et prend quelques dégâts dus aux flammes ... Mais tout comme le ductus, elle se relance, puisant dans sa foi naissante mais puissante afin de se blinder contre la chaleur des flammes, qui ne semble devenir pour elle qu'une douce brise, puisqu'elle se lance une troisième fois ! Et elle recommence encore et encore, jusqu'à la sixième fois ! Puis elle ferme les yeux dans une sorte de prière silencieuse et vient vers nous, apaisée ...

Hector prend la suite, et via sa thaumaturgie, il se met à léviter au dessus de l'ardent brasier pendant quelques secondes, avant de retomber en sécurité.

John me demande ensuite pourquoi je ne saute pas au dessus du feu; je lui réponds que ce serait trop facile, puisque je peux faire appel aux esprits du feu, cela serait "tricher", et que ça ne servirait pas la cause. Mais je lui propose de danser dans le feu, si lui le combat d'abord ... Et il accepte !

Il se rue dans le feu, et semble combattre les flammes, sans qu'elles ne lui produisent aucun dommage, et en sort, avant d'y retourner de presque sembler gagner un combat imaginaire contre le feu ! Devant tant de courage, je ne puis que prendre mon courage à deux mains, et aller danser au milieu des flammes ! Je m'approche du bûcher et appelle l'esprit du feu du coin; puis ensuite je lui demande de me laisser danser au milieu des flammes, qu'elles ne me brûlent pas mais au contraire m'accompagnent ... Sous les regards du pack, je rentre dans les flammes, et aussitôt je perçois une sorte de traîtrise du feu ! Comme à Yuma je n'ai apparemment pas satisfait l'esprit, il se refuse à me laisser ne pas brûler, et se venge en me blessant et en me repoussant en dehors des flammes ...

Une fois sorti des flammes, je me rends compte que malgré mes blessures, je dois continuer la cérémonie ... Je leur déclame un dernier sermon de Caïn :

Et ils demandèrent à Caïn l'ancien Père,
" Pourquoi nous as-tu ordonné de ne pas Etreindre
Ceux que nous aimions ? "
Et Caïn leur dit, " L'Amour est la plus douce pluie
Qui tombe de Celui d'En Haut.
L'Amour est le don de la vie.
Ne vous rappelez-vous pas la Malédiction d'Uriel ?
Que nous sommes pour manger seulement des cendres, boire seulement du sang ?
Le Sang n'est pas une douce pluie. Notre ivresse prend la vie. "
Et alors les yeux de Caïn prirent l'apparence de Visions,
Et il se calma et parla :
" Mais si l'un d'entre nous
Reçoit le don
De l'amour d'un mortel
Sans la Domination
Ou la Crainte,
Sans contrainte
Un Amour donné librement,
Alors cet Amour cet amour sera
Comme une douce pluie
Même pour le plus humble d'entre nous.
Et bien que nous ne devions pas l'Etreindre,
Il nous nourrira comme si nous soupions à la table de notre Père
Il nous satisfera notre soif la plus profonde.
Mais écoutez-moi, mes enfants !
Les Enfants de Seth nous haïront toujours encore et encore,
Car nous sommes leurs prédateurs
Nous sommes leurs Maîtres
Et ils le savent, au fond de leur âme.
Ne cherchez pas l'Amour parmi eux ! Ils ne le donneront pas.
Ne soyez pas dupe. "


Et après, je leur demande à tous de s'éloigner du feu, pour réfléchir à la mort d'Araël. Tandis qu'ils partent tous dans des directions différentes, je prépare une jeune humaine au sacrifice suprême ...

Une fois revenus, je vois la tendre Héléna en train de pleurer, aussitôt je la félicite de son esprit communautaire et de sa tristesse pour Araël, car elle lui donnera la force de continuer à lutter en enfer ... Alors, je prends ses larmes de sang avec mes doigts, et je les donne à boire à l'humaine. Ensuite, je demande aux autres de suivre son exemple, et de pleurer aussi pour Arael. Je prends également leurs larmes, et je les donne à l'agneau que nous nous apprêtons à sacrifier. Une fois qu'elle a ingurgité toute la tristesse des membres du pack, je la remercie de porter ce sang à notre frère disparu, et je la pousse dans le feu que j'ai ranimé et que j'ai transformé en une véritable fournaise. Elle rejoint en se calcinant Arael, et lui apporte notre force, et un peu de sang pour combattre là où il est ...

Une fois le rituel achevé, nous trouvons un coin où nous reposer, et nous décidons de prendre une semaine pour guérir des blessures que nous nous sommes infligées lors de ce ritae. Je décrète que cette semaine sera notre semaine sacrée chaque année, et que nous devrons faire de cette semaine une semaine de repos et de repentir pour nos frères qui sont tombés, tombent, et tomberont encore lors de la lutte contre la camarilla ...

Nous décidons, après ce temps de repos et où nous nous sommes faits oublier, de rentrer à Mexico pour informer Sacha Vykos de la fin de la croisade. Nous prenons la voiture et finissons par rentrer. Nous passons par la prison, et rentrons dans la dimension dans laquelle vit le priscus : une fois que nous l'avons vu, nous l'informons de la traîtrise de l'évêque de Tijuana, chose qui ne semble pas le surprendre outre mesure. Enfin, nous lui disons que nous avons rencontré cette charmante madame Guile à Las Vegas, en compagnie de Montrose ... Cela semble l'intéresser au plus haut point, et il semble regretter le fait que nous n'ayons pas pu l'abattre, mais est satisfait de l'explosion de l'Elyseum de Las Vegas et du chaos qui semble en avoir résulté.

Et ce cher Sacha nous apprend alors que nous n'avons qu'en fait servi de diversion, pour occuper les justicars et surtout madame Guilde, digne représentante des Toréador de la Camarilla ... Vykos nous apprend que la véritable croisade est à venir, et qu'elle se déroulera en fait sur la côte est des Etats-Unis, et plus probablement en direction de New-York ... et qu'elle sera dirigée par Vykos lui même, ainsi que par l'archevêque lasombra Francisco Domingo de Polonia ...

Alors que les autres membres du pack se retirent, Sacha me demande de rester, il souhaite apparement m'entretenir de sujets qui ne regardent que moi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidéral
Jeune Druide
Jeune Druide
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2011

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Jeu 24 Nov - 3:19

Extrait du journal d'Helena "Ariel" Antonescu, combattante du Sabbat.

"Le traître serait l’évêque de Tijuana, Angelo di Carlo ..."

C'est ainsi que nous avons appris la traîtrise de Sacha Vykos lui-même. Notre but de la nuit, alors que Ilya, notre prêtre, est occupé ? Aller le débusquer dans sa tanière, et lui rappeler les bonnes manières, façon Sabbat ...

Nous laissons Ilya aux bonnes mains du priscus Vykos, et nous sortons de cette "réalité" étrange, et allons plus loin, afin de discuter de la marche à suivre. Le ductus et Joe veulent aller en découdre avec Angelo di Carlo, le traître lasombra à Tijuana. Hector semble vouloir les suivre, et je ne peux qu'accepter, tant cette trahison laisse un goût amer et un trou immense dans le pack, via l'absence de Arael. Après discussions, nous décidons d'aller chacun enquêter de notre côté, afin d'en apprendre plus sur les forces en présence. Je me rends alors vers là où l'un des membres de mon clan réputé traîne : entre les bidonvilles et la campagne de Mexico, territoire du "vieux", tandis que le ductus et Hector iront vider l'appartement d'Arael, dont les possessions appartiennent au Sabbat et aux membres de son pack, une fois parti combattre dans le monde du dessous ...

Je rencontre assez rapidement le vieux une fois sur son territoire, et il semble que lui m'aie trouvé plus que moi je ne l'aie trouvé. Nous nous entretenons au sujet de cet évêque de Tijuana, et de ceux qui le protégeraient. Il s'avère qu'il aurait un bon nombre de gardes du corps, et qu'il serait aussi protégé par ses infants; deux autres lasombra donc. C'est un bon point, dans le sens où nous pourrions profiter de cette "force", pour les désunir, le coeur des vampires étant aisément corruptible ... Je remercie le vieux, et lui dis que j'ai dorénavant une dette envers lui, que je repayerai comme il se doit, lorsqu'il aura besoin d'une information, tant qu'elle n'affecte pas la sécurité ni l'intégrité de mon pack ...

Je donne rendez vous aux autres près de la cathédrale métropolitaine, et je finis par les voir arriver, Hector et John le ductus, le sourire aux lèvres. Ils ont apparement trouvé des choses intéressantes du côté de chez Arael. Joe arrive aussi, et je les tiens au courant de ce qui s'est passé avec le vieux. Nous pénétrons dans la cathédrale, et rencontrons directement des gens dont certains ne me sont pas inconnus, en particulier Herman, qui participa avec moi à la chasse de Lodin, avant l'intervention des garous. Je le salue poliment. Le ductus engage la discussion avec les membres de son groupe et lui, et nous apprenons qu'ils s'appellent "les enfants du destin". Il leur apprend également que nous sommes en route pour réparer les torts que nous à faits Angelo di Carlo. Ils restent songeurs, mais ne nous dissuadent pas. Nous discutons aussi des mérites du Sabbat, et je les sens un peu démoralisés ... Nous tentons de leur faire voir les beautés de la secte, et ils rient un peu, de nous ou avec nous ? Qui sait ... Ensuite, alors que nous commençons à nous retirer, Joe s'entretient brièvement avec George Delamuerte, qui lui aurait apparement déconseillé de s'attaquer au traître, sans toutefois le lui interdire ...

Nous décidons de continuer notre quête salvatrice, et embarquons dans un avion en direction de Tijuana via l'aide précieuse de Hector, qui nous a imprimé des billets en utilisant ses donc d'informatique, et probablement un peu de thaumaturgie ... Nous nous faisons passer pour des agents secrets, afin de pouvoir voyager avec nos armes.

Arrivés sans encombre, nous apprennons qu'on attend les fameux agents, et le ductus règle le problème via sa force de "persuasion", et nous continuons. Nous apprenons que pour rencontrer l'évêque, nous devrons obtenir l'autorisation avec l'un de ses infants chargés de sa sécurité, et pour le rencontrer, nous devons rencontrer un toréador, qui connaît tous les gens de cette ville pitoyable. Nous finissons par le trouver, à l'arrière d'un musée, mais évidemment, il n'accepte de rencontrer qu'une personne : ce sera le ductus. Il revient au bout de quelques minutes, avec un numéro de téléphone. Nous téléphonons d'une cabine, et l'infant accepte de nous rencontrer, à une piscine publique évidemment fermée pour la nuit, située non loin; le temps d'y aller, le rendez vous serait passé, aussi je me mets en quête d'une voiture. Un van noir passe, et j'aguiche le conducteur avec une histoire de petit-ami violent. Une fois dans la place, je suis confrontée à deux autres limaces baveuses qui se donnent le nom de race d'Abel. Je les extermine promptement, et j'ouvre les portes du van, afin que mes camarades y pénètrent. Nous trouvons également trois lance-missiles Stinger, et des AK-47, une belle pioche ...

Nous nous rendons à la piscine, et alors que nous nous apprêtons à suivre les directives du ductus, lorsque Joe semble pris de folie passagère, et décrète qu'il va se mettre en poste avec l'un des Stinger, et disparaît ... Après quelques menaces du ductus, dont celle de le diabler si il ne reparaît pas, il revient la queue entre les jambes, et dépose le lance-missiles avec les autres. Joe devra se rendre invisible près des portes, tandis que Hector se postera derrière nous, le ductus et moi, nous, assurerons le côté imposant et la discussion.

John finit par conclure avec l'infant lasombra qu'il serait regrettable que personne n'empêche une bande de vampires en maraude d'assassiner son père vampirique qui assiste à un opéra, dans une loge privée avec son autre infant, et que les gardes en faction ne fassent rien pour empêcher ces mêmes vampires d'entrer et de partir.

Nous nous mettons donc en route, et entrons sans problèmes dans l'opéra, les gardes contrôlant nos identités, mais nous laissant passer sans aucun souci. Nous finissons par arriver devant la loge, munis de pieux trouvés sur la route, et nous entrons. Aussitôt, les ennemis se retournent, et un combat s'engage. Le ductus se charge de l'infant, et je prends celui qui apparaît être le chef, l'évêque en personne. Un chat fait d'ombres semble tomber du ciel, et m'attaque, me faisant des dommages assez incroyables, avant qu'il ne soit expulsé par le ductus qui a fini par pieuter rapidement l'infant. Nous nous acharnons et je finis par percer son armure, alors que des tentacules de ténèbres nous frappaient sans relâche, et que nous souffrons de ces attaques. Une femme du public nous demande de faire moins de bruit, et Joe active son domaine du Quietus afin de rendre tout son impossible à capter. Hector prépare son rituel de rose amère, et nous mordons Hector qui a diablé les deux pitoyables vampires, afin de profiter aussi de ces pouvoirs. Nous obtenons entre autres la capacité d'obténébration, et sortons de l'opéra sans plus de soucis que quand nous y sommes rentrés.

Nous avisons un humain, et le ductus lui ordonne de ramener le van jusqu'à Mexico, tandis que nous rentrons à Mexico, bien décidés à retrouver Ilya ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidéral
Jeune Druide
Jeune Druide
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2011

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Jeu 24 Nov - 3:28

Extrait du journal de la très Sainte guerrière Helena "Ariel" Antonescu.

Baiser! rose trémière au jardin des caresses!
Vif accompagnement sur le clavier des dents
Des doux refrains qu'Amour chante en les coeurs ardents
Avec sa voix d'archange aux langueurs charmeresses!

Sonore et gracieux Baiser, divin Baiser!
Volupté non pareille, ivresse inénarrable!
Salut! l'homme, penché sur ta coupe adorable,
S'y grise d'un bonheur qu'il ne sait épuiser.

Comme le vin du Rhin et comme la musique,
Tu consoles et tu berces, et le chagrin
Expire avec la moue en ton pli purpurin...
Qu'un plus grand, Goethe ou Will, te dresse un vers classique :

Moi, je ne puis, chétif trouvère de Paris,
T'offrir que ce bouquet de strophes enfantines :
Sois bénin, et pour prix, sur les lèvres mutines
D'Une que je connais, Baiser, descends, et ris.


Nous rentrons à Mexico, nous, chasseurs de traîtres au service de Caïn, et épées de Dieu dans le flanc des lâches, après avoir "convaincu" un pauvre et misérable humain de ramener le van chargé d'armes au même lieu de rendez vous, pendant que nous reprenons l'avion en retour, après avoir accompli notre vengeance.

Nous nous retrouvons au Quetzalcoatl, et le ductus téléphone à Ilya pour lui donner rendez vous deux heures plus tard au même endroit, si il en a fini avec ses occupations. Nous attendons donc, près de Joe qui manifestement semble reprocher quelque chose à l'un des membres du groupe. Nous décidons d'attendre Ilya avant de percer l'abcès.

Lorsque Ilya se ramène, nous interrogeons Joe sur le fait qu'il ne parle pas et semble très distant.

"Qu'est ce qui se passe ? Demande le ductus.

-Tu te fous de moi ? C'était quoi ce coup d'aller tout balancer à des gens qu'on connaît même pas ?! Nous sommes le fer de lance du Sabbat, et tu balances des choses a des gens qu'on ne connaît même pas !

John, notre ductus, attrape alors Joe par la gorge, et de sa forcé herculéenne, le soulève du sol comme on soulèverait un misérable humain qui nous a manqué de respect, avant de le réduire au silence. Eternellement.

"Tu ne risques pas de lui apprendre le respect de cette manière !" Lui dit Ilya, manifestement ennuyé par le tour que prend la discussion.

"Tu es une brute ductus !" Lâche Joe, les pieds battant dans le vide, sachant pertinemment qu'il ne peut se défaire de l'étreinte fatale du ductus.

"En effet ..." Lâche ce dernier, avant d'envoyer voler dans les airs le frêle assamite.

Je m'interpose, comme je ne devrais pas à avoir à le faire en compagnie de vampire si vieux. J'ai l'impression d'être revenue au temps où nous n'étions que des enfants d'Abel, et de devoir m'interposer entre mes frères qui se battaient en tout temps. Je serre les poings de crispation, parce que je n'hésiterai pas à "décrisper" la situation en les utilisant, et les deux ennemis du jour le savent mieux que moi ... Ils ne songent même pas au fait qu'ils doivent être unis, comme Caïn le fut avec ses premiers enfants avant que ceux-ci ne soient trahis par leurs propres enfants ...

"Ductus, ton rôle te monte à la tête ..." Dit Ilya.

"Il n'est pas content que j'ai dévoilé à un pack notre mission, qui n'avait rien de secret ..." Répond aussitôt le ductus.

"Et à George de la Muerte !" renchérit Joe.

"Quel pack ?" Demande Ilya.

"Les enfants du destin." Lui répond John.

Ilya sourit étrangement ...

"Il y a un ton a adopter !" lâche le ductus à Joe, qui le fusille du regard.

"Et après ?" demande Ilya.

"A Tijuana on a bien réussi grâce au tremere en particulier ..." Lui répond Joe.

"Il a pris sa place légitime le nouvel évêque lasombra ..." Ose lâcher le ductus, ce à quoi je réponds par un sourire fortement ironique ...

"On a diablé l'évêque et son garde du corps" Précise Joe.

J'ajoute : "Son infant ..."

"Grâce à l'aide de tous et à la fraternité du pack !" Continue Joe, sans vraiment avoir noté ma petite mais importante précision.

"Je pense que ça n'a plus aucune importance ..." dit Hector.

"Dans quel endroit avez vous rencontré de la Muerte ?" demande Ilya, curieux une nouvelle fois ...

"La cathédrale métropolitaine."

"Avec les enfants du destin et des pontes."

"Nous n'avons fait que dire ce que nous avons fait." Semble obligé de préciser le ductus.

Hector décrit le groupe hétéroclite, s'attardant sur les deux jumelles blondes pulpeuses qui semblaient être garde du corps de cet homme qui ne parlait pas, et semblait ne même pas s'intéresser à l'action.

"Je suis assez content que vous ayez discuté avec George de la Muerte. Et vous auriez du parler à l'homme accompagné de ses gardes du corps, c'était une légende. Vous auriez appris beaucoup. Il avait fait tomber un jouet. Un jouet qui avait lui même fait tomber mon clan ..." nous répond doctement Ilya.

Seul le clan Lasombra peut se vanter d'avoir tué son propre géniteur ...

"Ils nous feront moins chier lors de la géhenne." Ajoute le ductus.

"De la muert n'a pas orienté plus que ça sur le fait de supprimer un traître." renchérit Joe.

On évoque aussi l'homme aux moustaches proéminentes et blond comme les blés, qui ne dit rien à Ilya, puis Joe nous parle de Issan Adel Kanik, un assamite, qui k'a tenu au courant de certaines choses ... Mais qui selon Joe ne sont "Pas importantes. Je ne veux pas en parler. Ca ne sert pas le but actuel." Après un moment de discussions pour savoir, le ductus abandonne quand Joe lui prétexte que l'assamite lui aurait dit qu'il connaissait quelqu'un qui "avait ouvert un bar gay ..."

"Joe sache que je sens que tu as d'énormes doutes. Si tu penses que le ductus dit des conneries, tu peux le défier par la monomachie ..." Lui dit très sérieusement Ilya.

La monomachie signifiant la mort de l'un des deux prétendants, c'est une option assez inenvisageable, et le calme revient plus ou moins entre eux ... Jusqu'à la prochaine fois !
"Durant ces quatre jours qui nous séparent de l'attaque, on devrait s'acquitter de notre dette !" - Nous informe le ductus.

"Ce serait trop long et imprévu !" Lui répond Joe.

"Pour ce soir, vous m'accompagnez" dit le prêtre, "Pour faire appel à des ... alliés."

"Du genre qui brûlent des voitures ?" Lâche John, perplexe ...

"Tout à fait ..." Nous dit Ilya, notre bon prêtre, avec un sourire aussi tranchant que ses dents ..."Nous allons voir le vieux."

Je m'informe pour savoir si c'est le même que j'ai interrogé au sujet de ce bâtard de traître Lasombra, et il semble que ce soit le cas ... Un bon point, car même si il ne semblait pas farouchement proche de la volonté de Caïn, j'ai apprécié son savoir et sa capacité à le partager.

Nous arrivons sur son territoire, au nord de Mexico, entre les bidonvilles et la campagne, et nous ne le trouvons pas. Lui nous trouve. Toujours aussi mystérieux, il nous aborde, et nous demande ce que nous voulons. Il n'arbore toujours aucune caractéristique animale, et pour un membre de mon clan, c'est plutôt rare ... Ca démontre une grande connaissance de lui même et un grand calme, pour ne pas ainsi succomber à la frénésie ...

Il ya lui précise tout de suite que si nous le gênons, nous sommes prêts à repartir, et que nous avons une demande à lui faire. Notre prêtre lui demande donc un hangar, ou assimilé, mais nous ne lui rendrons que le terrain ... Et ce, en échange d'une faveur. L'autre nous propose deux hangars, dont un qui disparaîtra, et l'autre qui pourra nous servir d'abri, en échange de deux faveurs. La première, pour le hangar qui nous servira de refuge communautaire est simple : veiller sur celui ci, et le garder "sain". Pour le second, nous devons "purifier" la terre proche. Elle est apparement corrompue par des produits chimiques, et le vieux espère que nous arriverons à nettoyer cette contrée.
J'avoue me foutre complètement de ce qui pourrait arriver à cet endroit délabré et à cette pitoyable et odieuse racaille humaine, mais si c'est le prix que nous devons payer au vieux, alors Caïn fasse que nous y arrivions rapidement ...

Nous ramenons un maximum de cette piétaille et nous préparons à les fendre en deux, comme Milon de Crotone fendit une souche d'arbre de ses mains nues. Ilya, notre prêtre fidèle et dévoué commence par les goûter, et se rend compte qu'ils ne sont peut être pas si atteints par la maladie que ça : la décimation sera-t-elle de mise ? Rien n'est moins sûr ...

Je me demande ce en quoi croit réellement le vieux ... Je me promets de venir lui reposer un jour la question, et bien qu'il soit sans doute assez puissant pour pouvoir survivre seul, j'espère pouvoir mener avec lui une discussion théologique et si cela est nécéssaire une ordalie pour lui faire voir ce qui était auparavant invisible à mes yeux, caché par la non-foi ... Je veux donner à tous les descendants de Caïn la possibilité de voir ce que j'ai vu, quitte à les éprouver jusque dans leur âme, à la remodeler comme la mienne le fut, et leur faire voir l'oeuvre de Caïn et de Dieu, rédempteur et destructeur ... Si ils ne croient pas après cela, qu'ils périssent.

Finalement, nous nous préparons à un grand coup ; nous voudrions créér un gigantesque auctoritas ritae, une danse du feu tellement dans la démence et l'opulence qu'elle servirait pour tous les packs qui seraient ensuite lancés dans l'attaque des villes sous l'emprise de la Camarilla, tel un poignard de verre dans la chair d'une victime prête à être saignée et à mourir dans d'exquises souffrances, tandis que nous psalmodierons le doux nom de Caïn ...

Chacun a un rôle donné par Ilya, Hector devant tout particulièrement créér de l'essence afin d'enflammer tout ce qui est possible, afin également de purifier cette contrée ...

"Aussitôt il envoya vers lui un chef de cinquante avec ses cinquante hommes. Ce chef monta auprès d'Elie, et voici qu'il était assis sur le sommet de la montagne, et il lui dit: «Homme de Dieu, le roi a dit: Descends!» Elie répondit et dit au chef de cinquante: «Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende du ciel et vous consume, toi et tes cinquante hommes?» Et le feu descendit du ciel et les consuma, lui et ses cinquante hommes. "

Il lui est aussi demandé de recréér de la terre, probablement la terre natale de nôtre sage prêtre, et il lui est assuré que si il réussit, il sera digne de rentrer dans le clan Tzimisce ...

Les autres doivent rassembler des victimes, et à moi, il m'est proposé une toute autre chose ... Le prêtre veut me faire un "cadeau". Un peu méfiante, je demande la nature de ce cadeau. Il me rétorque qu'il est tout simple : il veut me "rendre belle", c'est à dire me donner un corps parfait ...

Il me semble que c'est une bonne chose, car si je veux pouvoir servir correctement Caïn, il me faut pouvoir avoir dans mon corps parfait une volonté et une pureté d'âme parfaites ... Et mon corps, véhicule de mon âme et de celles que j'ai prises à des vampires renégats, n'est pas encore parfait, ni parfaitement adapté à ce ténébreux monde qui nous entoure. J'accepte sans réserve cette proposition, et ferme les yeux, prête à subir la transformation qui me rapprochera de la sainte volonté de Caïn, trois fois loué soit son nom, et maudits soient ses petits-enfants, voleurs, qui ont pris ce qui ne leur était pas dû. Le prêtre prépare avec le calice et son sang une sorte de petit font baptismal, qui me permettra de reprendre des forces dans la cruelle épreuve qui m'attend, mais la perfection et la renaissance sont à ce prix ...

Je n'aurai ni peur, ni volonté de me rebeller contre la douleur, et j'affronterai cette épreuve comme un combat pour la vraie foi, et je ne boirai nulle goutte de sang de Ilya, faisant comme le roseau qui plie sous le vent mais ne rompt pas. Même mes oreilles si caractéristiques, des oreilles de loup, signe de mes frénésies, dont celle qui marqua la création de celles-ci fut la disparition de Samuel et mon combat pour tuer les tueurs, disparaissent de par la volonté du prêtre et de sa puissante magie, la vicissitude. C'est la preuve de mon avancée sur le chemin de la sainteté et de la rémission d'une partie de mes péchés ... Une poitrine plus généreuse, des fesses charnues et une taille fine, la minceur au service des formes délicates, des cheveux corbeau, des yeux émeraude qui dégagent une lueur de pureté, je suis physiquement prête à rencontrer la sainteté ...

En fin de rituel, à force d'être proche de mon corps et de le remodeler selon sa volonté et celle de Caïn, je me doute qu'Ilya a senti que j'avais encore ma virginité. Du temps où je n'étais pas encore de la race supérieure, où j'étais encore du bétail, je réservais cela pour le jour où je devais me marier je crois, malgré le relatif côté libéral où je me trouvais : c'était quelque chose qui m'appartenait et qui aurait dû appartenir à celui qui aurait partagé mes jours. Foutues conneries. Dans ma non-vie, au départ, je la réservais à Samuel Bronstein, que j'aimais et vénérais sans réserve. Je n'ai jamais été plus dans l'erreur, et je suis heureuse que de ce côté là Samuel n'ait jamais profité de ma faiblesse d'alors. A sa mort finale, je ne me suis consacrée à rien, et j'ai gardé cela derrière moi dans ma quête de survie au jour le jour. Mon seul souvenir de lui est le kriss qui l'a tué, que j'ai ramassé et avec qui j'ai tué nombre d'ennemis quand ce n'était pas avec mes griffes de Gangrel ... Et aujourd'hui, ce souvenir comme cette virginité me semblent presque dérisoires, puisque souvenirs de mon "ancienne non-vie ...".

Aujourd'hui, je garde ce diamant en moi pour Caïn je crois, je souhaite lui offrir au nom de l'Eternel et de sa bonté inhérente : il tua son frère parce qu'il lui fut fait une injustice, et il la répara dans le sang. Le pardon lui fut offert mais il le refusa par trois fois, et fut maudit par les archanges envoyés de Dieu, Michel, Raphaël et Uriel, engrengeant plusieurs faiblesses : celle du feu, celle du soleil, et enfin de ne boire que du sang et des cendres, et ne pas pouvoir mourir des effets de l'âge. Mais il n'était clairement pas mauvais, et je sais qu'il veille encore sur nous, ses infants, et que le jour où les antédiluviens sortiront de leurs mausolées décorés à leur propre gloire et non à celle de leur père comme il serait légitime, la géhenne, il empêchera ces derniers de venir voler notre sang et les abattra de sa juste colère et de son juste glaive. Et je serai avec John, Joe, Hector et le sage Ilya le poing qui tiendra ce glaive de justice. Le poing de Caïn.

Et sur mes poings, déjà marqués par l'ankh du Sabbat par le prêtre, il rajoute une sorte de relief écailleux, comme la peau qu'il arborait lorsque je suis venue à la foi, après que nous fussions enterrés et avant que nous accomplissions la danse du feu.

Je suis la justice. Je suis également la beauté de la justice maintenant. Il me reste à purifier mon coeur et mes désirs, et je serai l'Inéluctable ...

Le rituel terminé, ne laissant qu'une seconde pour remercier Ilya de son cadeau, dans la radio retentit la voix du ductus. Nous nous donnons rendez vous pour nous retrouver et discuter de la marche à suivre, car il semble que le temps qui nous ait été donné s'achève en fait plut tôt que prévu. Nous allons dans l'abri fourni plus tôt dans la nuit, et lorsque nous arrivons, moi au bras d'Ilya, ils ne me reconnaissent pas, pas plus qu'ils ne nient ma cruelle beauté. Après avoir éclairci la situation, nous discutons de la présente situation : les décideurs du Sabbat à Mexico ont décidé d'avancer l'attaque, et un appel téléphonique vient encore perturber la conversation : c'est l'un des contacts du ductus, qui lui demande à ce que nous rencontrions des pontes à la Ciudad-Juajez, afin de mettre en oeuvre un plan qui mènera à la perte d'El Paso, de l'autre côté de la frontière ...

Nous acceptons de nous y rendre pour le Sabbat, dès le lendemain, et prévoyons de passer la nuit dans l'abri même où nous nous trouvons. Hector demande à Ilya de lui trouver du bois de hêtre pour l'un de ses sorts, dont il nous parlera plus tard ... Ilya avise un humain et le mesmérise afin qu'il rapporte des arbustes de hêtre le lendemain soir. Hector nous révèle qu'il créera avec ces arbustes des pieux "cherche coeur", une denrée fort utile lors d'une attaque de ville de la Camarilla ...

J'en profite pour enlever mes vêtements de pauvre pute et revêtir un treillis sombre, ma tenue de guerre. Ilya propose de créér un Ignobilis Ritae, que nous baptiserons "Le baiser de l'exquise vérité", qui consistera, chaque mois, à énoncer une vérité entre nous. Nous acceptons, et John révèle qu'il fut toujours en contact avec les anarchs à son entrée au Sabbat, il y a quelques semaines. Joe lui, nous révèle qu'il ne s'appelle pas en vérité Joe, mais Hank Baxter, et qu'il souhaite que nous l'appelions par son véritable nom à partir de dorénavant. Choix honorable et qui sera respecté par nous, ses frères et soeurs. Je révèle ensuite la possession de mon hymen, souhaitant leur faire voir la pureté encore existante et, je leur dirai probablement plus tard, réservée à Caïn à tout jamais. Ils ne semblent manifestement pas prêts pour cette révélation, puisque Hank semble douter de la validité de cette "vérité", et je l'informe qu'elle est la seule que je possède, puisque je n'ai jamais rien caché à mes frères de pack ... Hector nous informe que sa vérité est qu'il est heureux d'être des nôtres, et d'avoir quitté ses bibliothèques obscures pour nous rejoindre et être dans l'action. Je loue sa sincérité, et je me renseignerai sur ses croyances plus profondes sur Caïn un jour où nous serons seuls, afin d'éprouver sa foi, puisqu'il est notre plus jeune frère et que je dois être le roc sur lequel ils brisent leurs préjugés pour révéler l'or de la croyance juste et pure. Caïn m'en soit témoin, le poing de Caïn sera connu pour sa foi inébranlable et sa capacité à faire naître la vocation dans tout le Sabbat ...

Nous partageons une vaulderie qui renforce nos liens, et je vois le ductus se présenter sous un jour encore nouveau, comme purifié par une cascade et lavé de la crasse ambiante. J'aime ce vampire comme un frère, et sais qu'il sera dans ma vie aussi important que je le serai dans la sienne. Malgré ses commentaires et sa langue parfois fourchue, j'aime aussi Hank, comme un petit frère qu'il faut parfois rabrouer pour le voir avancer sur la voie blanche et pure de la sagesse, l'antépénultième membre qui gagne mon admiration est Hector, qui bien que plus lointain dans mon coeur est également quelqu'un que j'aime et qui m'est proche, et je sais qu'il prouvera encore sa valeur, comme il l'a déjà prouvée à Tijuana. Enfin, pas de moindres, je révère presque Ilya nôtre excellent prêtre, qui s'est également prêté au jeu de la vaulderie, contrairement à ses débuts parmi nous. Je souhaite apprendre davantage à le connaître et à apprendre à travers lui, il m'illumine de son savoir, et je le vois comme un sage et quelqu'un aux côtés de qui me tenir. De plus, je suis souvent d'accord avec lui, et je pense que ma place est auprès de lui pendant un bon moment, et je ne l'oublierai pas une fois que j'aurai atteint les spires les plus élevées de la puissance vampirique, aux côtés du Père Noir ...

Ensuite, Ilya demande à Hank et Joe de repartager le sang, afin d'oublier la petite querelle qui a eu lieu plus tôt, et leur demande de chacun donner à l'autre leur vitae mélangée à celle de l'autre. Sage décision, qui les rend plus aimables encore à mes yeux; ils sont si beaux quand ils partagent leur sang ...

Ensuite, le prêtre nous demande une petite faveur une fois encore : il nous demande de remettre notre vitae dans le calice, pour lui même, afin de rattraper ce "retard" dans le partage de nos consciences, et nous acceptons tous immédiatement, tant cette requête semble motivée par la camaraderie et l'amour.

Quand il but, je ressentis dans la seconde une sorte de frisson parcourant mon corps mort : j'eus l'impression d'être bue par lui, comme si il se penchait à mon cou et plantait ses dents si blanches et affûtées comme des lames de rasoir dans mon cou si parfait, donné à lui ... Comme un arbre dévorant son propre fruit !

"Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude ..." Cette phrase venue du brouillard du temps jadis me revint en mémoire, comme si le temps avait une quelconque importance au vu de mon immortelle et éternelle possibilité de vivre à présent ...

Nous fermons ensuite les yeux, mais j'observe rapidement le manège d'Ilya se recouvrant de sa terre, et je sais que la prochaine fois, j'aurai le courage de lui demander si je peux l'aider à s'en recouvrir, comme il m'a recouvert de sa foi inéluctable et de son courage face à l'adversité ...

Un sommeil sans fin, qui pourtant se termine ...

L'humain est revenu, avec des enfants, et dans les mains des plants de hêtre frais ... Ils sont vite sacrifiés et oubliés, et tandis qu'Hector commence son oeuvre, nous nous préparons à partir pour la Ciudad Juajez.

Nous décidons de trouver un petit aéroport, afin de trouver un jet qui nous permettrait de charger les stingers ainsi que les armes de guerre que nous avons en notre possession, afin de pouvoir arriver correctement équipés pour la guerre qui se profile. Pendant le temps où nous cherchons et trouvons un avion correct pour permettre de tout charger, Ilya via la vicissitude change, et part dans son coin, pour quelques minutes. Quand il revient, c'est avec un humain, qui nous révèlera en vol être un membre de cartels de la drogue, et qui nous arrangera un transport à partir de la descente de l'aéroport, sans que nous devions passer une quelconque douane ni même repasser par l'aérogare ...

Nous nous rendons en ville, dans le centre commercial indiqué par l'informateur du ductus, et ce dernier ouvre la porte de celui ci sans prendre garde, déclenchant donc l'alarme ... Nous envoyons Hank résoudre le problème, et nous nous dirigeons vers le magasin de chaussures dans lequel nous avons rendez vous. Alors que nous y allons, nous rencontrons un homme armé d'une épée, sur le fourreau de laquelle sont arborées plusieurs dessins, probablement d'origine thaumaturgique ... Il nous souhaite la bienvenue et nous guide tandis que Hank est toujours absent. Il nous dit également que les "pontes" sont mécontents du fait que nous ayons déclenché l'alarme, et qu'il a été envoyé par eux pour nous le signaler ... Ilya nous dit que nous devrons nous taire, sauf si l'on nous adresse directement la parole. En approchant de la boutique, une sorte de rage bout dans l'air, comme si elle émanait du magasin lui même, ou de quelqu'un qui s'y trouverait ... Plus nous approchons, plus cette rage est forte, et je sens le ductus bouillir intérieurement, et ayant du mal à se concentrer, tandis que j'arrive plus ou moins à gérer la colère. Je finis par lui prendre la main quand je sens qu'il est vraiment à bout, afin de lui communiquer un peu de mon calme et de la confiance en nous et en notre Père Noir ...

Hank finit par nous rejoindre, accompagné d'un autre vampire, tandis que nous pénétrons dans la boutique. La rage nous frappe en plein visage tandis que nous traversons le magasin de chaussures et allons jusque dans l'arrière boutique, et rencontrons Joe, le sire de Hank. Nous entrons alors dans une pièce remplie de personnes, dont un homme assis près d'une table, qu'il semble avoir broyée de rage en plusieurs endroits, de ses propres mains ...

Nous avançons avec un soupçon de crainte. On nous demande de nous présenter, chose que nous faisons assez rapidement, sauf Hector entraîné dans une conversation à propos des Tremere du Sabbat qui ont semble-t-il disparu, comme évaporés ... Une fois les présentations faites, nous prenons plus de temps pour observer notre auditoire : un gros balèze qui broie la table, Joe, une femme en retrait, qui nous confiera s'appeler Laura, un homme habillé en une tenue semble-t-il traditionnelle de son pays, qui doit être Haïti, ou une île des caraïbes. Lorsque nous parlerons avec lui, en dehors de l'arrière-boutique, il nous confiera utiliser une magie un peu différente de la thaumaturgie, un certain "Franz" ... Le reste, je ne le remarque même pas; je me focalise sur la brute qui semble fixer le ductus d'un mauvais oeil ...

Les autres me diront plus tard qu'il y avait des membres du pack des "dragons", Lance le Wolfen, lignée Gangrel, et également l'évêque de La Ciudad Juarez, Gomu Barani.

Qu'il s'avise de toucher à mon frère, et je sors les griffes, pour les lui planter dans le coeur, et je le dévorerai en riant, laissant son corps pourrir sur un pieu ...

Les deux se toisent, et la situation se tend, tandis qu'on nous explique que nous allons attaquer, avec Joe, et l'étrange vampire surpuissant parmi eux fera diversion, attaquant par un pont, tandis que des infants que nous devrons créér pour l'occasion attaquent de l'autre. Il sera apparement seul, ce qui signifie clairement qu'il est d'une puissance phénoménale ... Pendant ce temps, nous nous glisserons dans l'Elyseum d'El Paso, qui se trouve soit dans le musée d'art précolombien, soit dans la mairie, et devons tuer tout ce qui bouge ... Un plan certes ultraviolent, mais efficace selon les décideurs que nous avons en face de nous. Nous finissons par partir, accompagnés de Joe "Boot" Hill, en direction d'El Paso et donc de la frontière, voulant faire donc de Gomu Barani un archevêque ...

En sortant, Ilya nous informe que la brute épaisse de qui semblait émaner la rage était en fait une abomination : une créature hybride entre le garou et le vampire ! Ceci explique sans doute sa pathétique rage et la torture que semble être sa non-vie. Si un jour je dois être amenée à le croiser seule à seule, je crains pour ma non-vie, tant sa survie doit avoir été pour lui un combat de tous les instants, il doit être d'une puissance terrible ... Le jour où je le surpasserai, je tenterai probablement d'en savoir plus sur lui, et son attachement au Sabbat et à notre père à tous. C'est un mélange de curiosité et d'inquisitrice xénophobie face à ce qui n'appartient franchement pas à notre race, ni même à celle de ces putains de garous ...

Nous sortons après quelques discussions, prêts à en découdre, et constatant avec soulagement que l'éloignement nous éloigne de la rage elle même, et finissons par retourner dehors, à l'air libre.

Une fois éloignés de cet endroit, nous discutons avec Joe "Boot" Hill, et il nous informe du fait qu'il n'est pas très motivé par le fait de devoir créér une masse d'infants pour obtenir une diversion et distraire nos ennemis. Ilya lui, semble avoir une idée derrière la tête, et l'apostrophe au sujet de choses que je ne comprends pas vraiment. Il l'appelle même dominion ... Mais que nous cachent ils ?!

Il nous est demandé de rejoindre un groupe qui se bat pour Caïn, chose qui me réjouit, et j'accepte d'être l'épée au service de Joe et du groupe auquel semble appartenir également Ilya ... Le ductus hésite, mais après quelques paroles échangées avec Ilya sur le fait qu'il ne veuille pas s'engager à faire des choses dont il ne connaît pas la teneur, il finit par accepter; il nous est alors révélé que nous venons d'être acceptés par Joe au coeur de la main noire en personne, pour laquelle il est un des grands pontes ! Bien sûr, tout cela ne sera probablement officialisé que si nous survivons à la mission de ce soir, mais tout de même ... Toutefois, je me demande si la main noire acceptera que je me renseigne au sujet des paladins, et au probable fait que j'essaie d'entrer dans cet ordre, car depuis l'exhortation d'Ilya, je me sens vraiment attirée par ces guerriers mystiques ...

Alors que nous finissons notre discussion, nous apercevons Zubeida, qui était chargé de faire diversion sur le pont qui lui était désigné, et il commence à projeter des voitures en pleine rue ! C'est alors qu'éclate la rage dans l'air, et que nous tentons d'y résister. Nous y parvenons tous, excepté John notre frère et ductus, qui semble se diriger vers un poste frontière ...

Que va-t-il se passer ensuite cette nuit ? Nul ne le sait, mais elle sera probablement sanglante et brutale ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidéral
Jeune Druide
Jeune Druide
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2011

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Dim 11 Déc - 16:00

Nous sommes tous à la frontière d'El Paso, j'apprécie la présence de mon sire ce soir.
Mais bon, c'est de courte durée, Zubedia, le débile profond rencontré plus tôt est déjà sur le pont, en forme crinos !
Il balance des voitures, pas banale comme technique d'infiltration...
Le problème, c'est que sa rage est communicative, je résiste, les autres aussi. Ah non! Yan vient d'exprimer toute sa tendresse dans un poste de garde.
Je disparais.


Hector demande à Ilya : « On le suit ? »
Ilya, blasé, « on ramasse les pots cassés. »
J'avance.
Un bruit de fusil mitrailleur résonne, cela m'enchante, le rythme soutenu d'une arme de gros calibre est une de ces choses que j'adore.
Tandis que je continue d'avancer, Yan casse le rythme et impose le sien, le bétail tente de résister, autant faire un câlin à un 38 tonne lancé à pleine vitesse.
Ilya saute dans le tas, et réceptionne un tir de fusil à pompe.
J'arrive, au moment ou Helena se fait elle aussi tirer dessus.
Un civil, l'air mort, à terre : Ilya. Je remarque une ombre sur les murs, mon sir surement.
Nous nettoyons la pièce, des humains ont eu le temps d'appelé du renfort.
Je jette un coup d'œil dans la salle et étrangement, la disposition des corps me rappellent cette bande prés de Shreveport, en 1925, massacré par moi et les frères Nash afin d'honorer une créance sous la prohibition. Marrant.
Hector s'occupe des caméras.
On se donnent tous rendez-vous dans trois heures dans la rue Leon.
Pendant ce temps là, moi et Hector cherchons le musée.
Sans difficulté nous le trouvons et repérons l'entrée et la sortie de service.


Plus tard, Yan, moi, mon sir, et Hector discutons. Je propose de passer par les égouts, le Ductus ne veut pas tomber sur des nosfe. Joe s'absente, la main sur le coeur. Je m'inquiète, puis au moment de me recentrer sur la mission je vois le Ductus en pleine discussion avec des rats.
« Skwik! Skwik ! »
« Skwik skiiiiiiik ski skik skwik ! »
« Skwik ? Skwiiik?! »
Yan : «  y a un nosfe sous le musée, on se le fait ».
On fait le tour des entrées des égouts.
Après réflexion, on « recrute » du bétail, on les rassemblent en un appart. Ils me font marrer à gesticuler et chialer, qu'ils sont faibles ! Je sens en moi la passion et la ferveur sabbatique.
Pressez d'en finir, je monte sur le toit, on pourrais facilement passer de l'immeuble au musée en sautant. J'aperçois des vigiles à l'intérieur du musée.
Je rentre dans l'appart, Hector revient avec les autres après être descendu les chercher.
Ilya m'étonnera toujours ! Elle, ou il, à pris l'apparence du Ductus, la tronche qu'il tire Yan! J'aurais voulu avoir un appareil photo pour garder un souvenir.
Ilia et Helena on croisé un Vampire dans la soirée.
Le prêtre transformiste s'amuse à « fusionné » quelques humains, Mengelé était vraiment un amateur à coté...
Puis il en fait des boules de sang, je suis obligé de dire d'aller se faire foutre à Mickaël (ma bête).
Ilya expose son plan : Des boules de sang dans les réserves d'eau sur le toit, suivi d'une intrusion avec déclenchement de l'alarme incendie, je te dis pas le bordel si nos cibles sont à l'intérieur.


On se poste tous à des endroits stratégiques après avoir mis les boules de sang dans la réserve d'eau.
Je monte, saute sur le toit du musée, demande à Hector de m'ouvrir puis m'infiltre dans le bâtiment.
Je visite l'étage de service, personne.Pas de système incendie.
Je descends « AIDE MOI ! » je me retourne, regarde alentour, personne !
« aide moi », quelqu'un m'appelle ! Je me concentre et fini pas chercher, puis trouver une douche à incendie, allume un briquet dessous et... rien !
A l'étage d'en dessous, le hall, des gardes font des rondes, ils me paraissent un peu « mou ».
« Aide moi ! » encore cette voix, rien à foutre, la mission avant tout. Quoique, qu'est ce qu'il fout ce garde prostré devant ce Tomahawk ? Allez hop! Je tue les gardes et m'empare de l'arme.
Je monte au poste de garde et surprise, les alarmes incendie étaient éteinte, je les réactives, remonte et déclenche la purée !
C'est en arrivant en haut, un Tomahawk sous le bras, que je me rends compte qu'ils n'y avaient personne ici, et qu'en plus on nous avaient devançaient !
Je reviens auprès des autres, et après concertation, décidons de partir pour l'Hôtel de ville.
Le trajet effectué, nous nous retrouvons près d'une quincaillerie , Helena part l'explorer sous forme de brume. Elle revient après avoir vu une trappe sous un camion.
Nous nous infiltrons, je désactive l'alarme. Le Ductus déplace le camion bruyamment, j'active quietus trop tard, quelle connard de bourrin !
La lumière sous la trappe s'éteint, nous nous faufilons à l'intérieur, et mettons en place plusieurs stratégies. Nous discutons aussi du fait que nos « ennemis » ont de l'avance sur nos plans et que Vickos est louche. Au final nous décidons de piéger d'explosifs les fondations.
Je sort afin de voir si tout dans la rue est calme, je rencontre mon sire et ses collègues.
Ils décident de faire un assaut frontal, je vais prévenir les autres.
Sous la quincaillerie, nous explorons des bureaux quand tout à coup une porte s'ouvre à droite :
Joe « boot » Hill, sa présence, encore, me rassure.
Il nous guide, nous montre une porte, Yan la défonce...
Derrière, une grande salle, remplie de plusieurs personnes :
Un mec avec chapeau, propre sur lui, teint buriné accompagné d'un grand black (je le reconnais, l'archonte brujah : Julius).
Un blondinet, tête à claque, se transforme en truc bizarre.
Je vois une femme en mouvement, elle veut attraper quelque chose, un homme lui ressemble avec un flingue en main et trois policiers, des goules surement.
Le combat est court, intense, le Tomahawk fait mouche par deux fois, les autres ont l'air de se démerder.
Sauf Hector, qui contrôle son sabre par la pensée, et décapite mon sire...
Je laisse Mickaël prendre possession de moi et tout est flou, je rentre en fureur vengeresse, et le combat fini, je me précipite sur Hector et le boit.
Nos volontés semblent se mêler, s'entredéchirer, se mordre et quand je pense être trop faible, un enfant de 6 ans, indien, couverts de plumes, s'adresse à moi, je lui laisse une part de ma volonté et soudain : je suis plus fort et j'écrase, j'annihile totalement Hector.
Je reçois son âme, me réveille et le temps que je saisisse ce qui se passe, une dispute éclate entre membre du poing de Caïn, je suis pieuté.
Torpeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDC
Enchanteur de la foret sacré
Enchanteur de la foret sacré
avatar

Nombre de messages : 105
Age : 26
Localisation : Brest
Date d'inscription : 07/09/2010

jeux maîtrisés
jeux maitrisés:

MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   Mar 13 Déc - 1:00

26 Janvier 2011

Je me réveille… Une fille tient mon cœur, un pieu collé contre lui… Je m’élance sur elle…

Je me réveille… C’est quoi ce bordel… Ilya me regarde, il parle d’un procès, mon procès et celui de Hank… Hank est à coté de moi, Héléna tient son cœur… Une inconnue tient le mien… Ilya parle de la diablerie qu’à commise Hank… Hank pourquoi as-tu diablé ton frère ?

Je reprends peu à peu mes esprit, je me sens calme, trop calme. Ilya propose à l’archevêque d’être le juge, il désigne le ductus du pack des dragons, Delmas, à sa place car l’affaire concerne la main noire… Ilya se désigne lui-même Advocatus Diaboli et demande 5 jurés, l’Archevêque précise qu’ils doivent être en dehors de notre pack, Delmas annonce qu’ils sont présent. Ilya demande qu’Héléna soit l’exécutrice de la sentence car elle est « intacte et non-touchée par la disgrâce de cette meute ».

Ilya nous demande si nous voulons quelqu’un pour notre défense, je réponds non, je ne sais pas de quoi il m’accuse mais je n’ai besoin de personne pour me défendre. Hank demande un témoin, Ilya se propose, Delmas lui-dit qu’un des jurés est en mesure de vérifier ses dires. Puis Ilya nous demande qui veut commencer, je me propose, qu’on en finisse, mais Ilya répond que c’était juste un test et qu’il commencera par Hank car ses crimes sont plus graves. Je n’aime pas ce genre de jeu, mais je me sens trop las pour protester.

Ilya raconte la mort de Jo Boutil et demande à Hank d’expliquer ce qu’il a fait et de dire ce qu’il a vu. Hank répond qu’il a vu Hector décapité Jo, qu’à cette vue il est entré en frénésie et a diablé Hector. Il s’excuse d’avoir laissé libre cours à sa bête. Ilya confirme qu’Hector à visiblement volontairement décapité Jo Boutil.

Delmas annonce qu’un des jurés à une question, il s’agit de la fille qui tient mon cœur. Elle demande à Hank : « Quelle peine avez-vous éprouvé quand vous avez vu tombé votre Sir ? ». Hank parle de fracture, de schisme, d’un mélange de colère et de tristesse. Ilya tique sur l’emploi du terme schisme. Quand on lui demande si c’est d’avoir perdu un membre du Sabbat ou d’avoir perdu un père qui a provoqué ses actes, Hank répond que c’est d’avoir perdu un père. Ilya désapprouve, estime qu’il était plus loyal à son père qu’au Sabbat, parle de crime de lèse-majesté, cependant la fille semble avoir de la sympathie pour Hank.

Puis Ilya parle d’un deuxième chef d’accusation : Avoir brisé l’avantage tactique que nous fournissais le rituel de la Rose-Amère. Delmas demande en quoi ce savoir est perdu, Ilya répond que seul Hank connaissais le rituel, il ne nous reste aucune trace écrite.

Enfin Ilya parle d’un troisième chef d’accusation qu’il nomme « le prix de l’Amaranthe », Il s’adresse alors à Hank dans une langue étrange, Hank lui réponds dans la même langue, Ilya nous explique alors qu’ils viennent de parler en langue Enochéenne, une langue que Hank ne maitrisais pas avant d’avoir diablé Hector. Ilya évoque alors la possibilité qu’Hector ai pris possession de Hank.

Ilya demande alors à l’assistance si elle a des questions, Héléna demande à Hank s’il réitèrerait son acte s’il en avait l’occasion, Hank répond que s’il s’était maîtrisé, il l’aurait pieuté afin de pouvoir l’interrogé. Ilya lui demande s’il aurait fait cela par pur intérêt pratique ou par pure affection pour Hector. Hector répond que le peu d’affection qu’il avait n’aurait pas suffit.

Ilya me demande alors si je veux poser une question, je lui réponds que non. Ilya réclame alors le verdict : Pour avoir diablé un frère, il demande à ce que Hank soit torturé selon l’usage du Sabbat, pour avoir brisé un avantage tactique précieux, il demande à ce qu’il ait le nez coupé et les crocs enlevé durant un mois, en ce qui concerne « le prix de l’Amaranthe », il se juge trop partial et clément pour pouvoir décider. Pendant ce temps, la fille se crispe sur mon cœur.

Delmas délibère avec les jurés durant une minute, puis il annonce leur décision en précisant qu’ils ne sont pas arrivés à obtenir l’unanimité :
Pour ce qui est du premier chef d’accusation, ils jugent que la vengeance de Jo était justifiée et le déclarent donc innocent. Delmas précise qu’il n’agrée que parce que Hank a admit qu’il aurait dut agir autrement.
Pour ce qui est du deuxième chef d’accusation, ils jugent Hank coupable mais réduisent la peine des crocs à une nuit. Delmas précise que lui et un autre des jurés sont en désaccord avec cette décision, car l’éventualité d’une trahison d’Hector aurait annihilé l’avantage tactique.
Enfin, pour ce qui est du troisième chef, les avis des jurés sont partagés, mais Delmas fait le choix de faire confiance à Hank et de le confier à la surveillance d’Ilya. Hank dit qu’il préfère mourir plutôt que l’on doute de lui, Delmas répond qu’il ne peut faire ce choix à sa place. Héléna propose alors un compromis, elle tuera Hank au moindre signe qu’il est possédé par Hector. Ilya lui demande alors de replacer le cœur de Hank à sa place.

Cela ne me satisfait pas, Hank devrait être jugé par le pack, le pack jugé par le Sabbat, et c’est moi le ductus de ce pack qui devrait subir le verdict final. Mais le procès est fini, et le détachement qui m’emplit m’empêche de protester, je demande néanmoins à subir moi aussi le verdict. Delmas semble apprécier mon geste.

Ilya annonce alors que mon cas sera réglé en interne, peut-être comprendrais-je enfin de quoi il m’accuse. Il demande à la fille de replacer mon cœur, elle le fait.

Bordel de merde, c’est quand même mieux comme ça. Je commence à redevenir moi-même, la rage recommence à bouillir dans mes veines. J’ai de nouveau les idées claires. Je suis vraiment dans la merde. Ce connard d’Ilya semble avoir bien plus d’autorité que ce que je pensais, et apparemment il m’en veut. Va falloir que je la joue fine.

Il commence par parler de mon arrivé récente dans le Sabbat, et me demande ma véritable identité. Putain de merde, je pensais qu’il me faisait plus confiance que ça, et dire que j’ai faillis lui faire confiance. N’empêche que mon identité n’as pas changé depuis la dernière fois, je m’appelle toujours Jan Borisnovitvh Ilyanov. C’est ce que je lui dis, j’attends la suite.

Il m’accuse alors de ne pas connaître les usages du Sabbat et de laisser ma Bête fausser mon jugement, puis il me demande qu’elle voie du Sabbat je suis. Je n’ai jamais suivi qu’une voie, la mienne. C’est ce que je lui dis, j’attends la suite.

Et v’là qu’il m’énumère la liste des voies « officielles » du Sabbat. Putain, qu’est-ce que je m’en fous. Heureusement il n’essaye pas de me les inculquer, il me dit juste que toute sont d’accord sur un point essentiel du Sabbat. Il faut dompter la bête. Je suis d’accord, mais ma rage ne vient pas de ma bête, ma rage vient de siècles de duperies et de manipulations accumulées par des anciens corrompus. Ma rage est mienne ! C’est ce que je lui dis, j’attends la suite.

Ilya ne me croit pas, il pense que ma bête influe sur mon jugement. Pas comme si je pouvais l’empêcher de croire ce qu’il veut. Puis il me demande si je me sens capable de contrôler ma bête. Bien sur que non ! J’aurais beau faire tout les putains d’effort du monde, la bête est une enculée qu’aucun vampire peut se vanter d’entièrement contrôlé, la non-vie serait trop belle sinon. Ceci-dit, vu sa gueule et la situation de merde dans laquelle je suis, je lui donne une réponse un peu plus soft.

Puis v’là qu’il commence à m’accuser d’être trop libéral, trop jeune, trop ignorant des rites du Sabbat, il m’accuse de semer le chaos et de me foutre de l’unité du Sabbat. Je lis l’approbation dans le regard des autres, dans le regard d’Héléna, ça m’en fout un coup, je pensais qu’elle me connaissait mieux que ça.
Je leur explique que je ne me bat pas pour ma liberté, que j’ai sacrifié depuis bien longtemps d’ailleurs, mais pour celle de tout les vampires, que je ne souhaite pas semer le chaos mais détruire le règne plurimillénaire des anciens, et que je savais parfaitement quand je me suis engagé dans le Sabbat dans quoi je m’embarquais. Je ne pensais pas avoir besoin de leur expliquer.

Ils décident à l’unisson de me retirer le titre de ductus. Ils pensent que je ne connais pas suffisamment les usages du Sabbat. Héléna approuve, que puis-je dire. J’abandonne le titre, ça me fout les boules, je n’aimais pas cette charge mais j’aime encore moins la mettre sur le dos de quelqu’un d’autre.

Ilya dit qu’il avait initialement prévu de faire d’Héléna la nouvelle ductus, mais il décide finalement de reporter la décision à une année durant laquelle il assumera la fonction. Je lui souhaite bien du plaisir à ce poste, et je suis heureux pour Héléna qu’elle n’ait pas à le subir.

Puis Ilya interpelle Hank et l’accuse d’avoir de garder des secrets pour le pack, il lui intime de lui parler durant la prochaine Vaulderie. Vaulderie qui prend place immédiatement et durant laquelle Ilya prend chacun de nous à part.

Il me dit qu’il va me poser des questions et que je dois lui répondre le plus rapidement et le plus honnêtement possible, je ne vois pas de raison de refuser :

-« Quelle est ta valeur ? »
Pas d’hésitation : « Liberté »

-« A quoi ressemble ta bête ? »
J’hésite, je n’y ai jamais vraiment pensé, un mot me vient à l’esprit : « Destruction »

-« Que représente Caïn pour toi ? »
Question con : « Le premier Vampire»

-« Quelle est l’émotion la plus importante pour toi ? »
« La Rage »

-« Quel animal te représente le plus ? »
Le sommet de la chaine alimentaire : « L’homme.»

-« Pour toi, à quoi ressemble le mal absolu. »
Une image me vient en tête : « Un marionnettiste caché dans l’ombre »

-« Qu’est-ce que le pouvoir ? »
« Un fardeau »

-« Qu’elle chose ne sacrifieras-tu jamais ? »
Un nom : « Héléna »

-« Quelle erreur ne tolères-tu pas ? »
La pire de toute : « La traitrise »

Ilya ne fait aucun commentaire et me demande de partir, je me demande à quoi peuvent bien rimer ces questions. Il nous l’explique une fois fini chacun des entretiens, cela lui sert à mesurer notre foi dans le Sabbat, il ajoute que nous auront de longues discussions dans les mois à venir.

Après avoir parlé de nos différents objectifs, Ilya décide d’aller parler à l’Archevêque. On le suit, et on se rend compte que deux vans de vampires sont arrivés pendant notre absence. Ilya félicite un Gomu qu’à pas l’air de rouler dans le bonheur, mais qui nous remercie pour notre implication et notre engagement et qui nous explique que les vampires arrivés sont ici pour repeupler la ville.

Puis Ilya et Gomu parle de la suite des opérations, l’archevêque n’a aucune idée de ce qu’il doit faire avec la ville qu’il estime que la camarilla reprendra en cinq anc. Apparemment Jo Boutil aurait lancé l’assaut sans aucune coordination, j’ai l’impression qu’il nous a mis dans une belle merde. Ilya décide de retourner à Mexico afin d’éclaircir la situation.

28 Janvier 2011

Après deux jours de voyage, on arrive à la prison Nord de Mexico, le refuge de Vickos. Dans le bureau du directeur de la prison, on croise l’archevêque de Guadalajara ; Adonaï, un grand mec bien sapé qu’à l’air d’être chauve sous son chapeau. Ilya parle avec lui, Adonaï à l’air d’être étonné de ne pas voir Hector, Ilya lui explique que Hank l’a diablé, et lui demande s’il peut purifier son âme. Je comprends pas ce qu’il entend par la surement une discipline que je ne connais pas…

Effectivement, cet Adonaï vient d’une lignée que je croyais éteinte, c’est un Salubri, le chef des Salubri antitribu, je me demande bien quel sorte de pouvoir il possède qui lui permet de « purifier les âmes ». Toujours est-il qu’il refuse de le faire ici, mais qu’il accepte de reconsidérer si on vient le voir à Guadalajara, en partant il nous prévient que Vickos à l’air assez ennuyé.

On entre dans l’antre de Vickos, cette nuit il d’agit d’un temple grec, construit avec de la chair et des os. Vickos a décidé de prendre l’apparence d’une vieille femme, on la salut puis elle nous invite à boire un verre à Jo Boutil ensuite de quoi on lui explique ce qui s’est passé à El Paso. Manifestement elle s’en fout, elle nous dit d’en parler à Polonia mais avant ça elle a quelque chose à nous montrer.

Elle nous mène dans une petite pièce où un mec tient une humaine en train de chialer, Vickos s’approche de lui et lui demande de nous raconter son histoire. Il raconte que son fils nouveau-né s’est fait enlever et pleure des larmes de sang. Putain de merde, un vampire a eu un enfant avec une humaine ?! Ilya semble ne pas apprécier : « José, donne-moi une bonne raison de sauver ta non-vie ! » hurle-t-il calmement. Vickos lui murmure quelque chose à l’oreille, et il semble reprendre son calme.

Vickos demande alors à l’humaine, Maria, de reprendre son histoire, elle raconte que durant la journée, une femme lui ressemblant est venue prendre son enfant à la clinique et a disparue avec lui. Vickos nous reprends alors en privé et nous explique que l’enfant à une grande importance et qu’il doit à tout pris être retrouvé. La clinique de Chinatown dans laquelle il a été enlevé était gardé par des amis asiatiques de Vickos, il nous dit de parler à Jacky Poun pour en savoir plus, c’était elle qui était chargé de la sécurité de la clinique. Ilya accepte de l’aider

Avant d’aller à Chinatown, nous décidons de nous rendre à la cathédrale métropolitaine, arrivé là-bas, Hank va parler au pack des Destiny Childs tandis qu’Ilya se fait rembarrer par une garde du corps d’un mec à qu’il veut parler, il en interpelle un autre et parle avec lui durant un long moment aven de revenir vers nous, l’air renfrogné…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moisedieucaryoteescholectera.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique de vampires libres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique de vampires libres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ZEN] MonoB Vampires Aggro
» [WhB][3000][am] Rois des Tombes vs Comtes Vampires
» Ma chronique #5 sur le vin dans le magazine le Denturo
» [MBS] Vampires B-r
» [Fan-fiction] Chronique des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conteurs du Ponant - Forum :: JdR contemporains :: Vampire-
Sauter vers: